Arrêtez de me dire pour qui voter

Chers politiciens qui m’envoient des e-mails pour me dire pour qui vous votez et pourquoi, arrêtez ! Je m’en fou !

Est-ce que je vous envoie, moi, un e-mail pour vous dire pour qui je vote ? Est-ce que les 45 millions d’électeurs inscrits doivent chacun envoyer un e-mail aux 45 millions ? Non, seulement les politiciens, les acteurs, et les riches chefs d’entreprises parce qu’ils sont plus intelligents que moi et je vais me tromper de vote si on ne me dit rien ?

Je vais prendre un exemple, qui est la cause que je me vénère (même si c’est pas le premier politicien dont je reçois un e-mail, la joie d’être inscrit comme français de l’étranger, on se fait spammer par ses élus). L’exemple c’est M. Le Borgn’, mon député des français de l’étranger au moins pour l’Allemagne.

Le Borgn’, il a été élu député il y a 5 ans, et il se représente. Je n’ai pas voté pour lui à l’époque, et je le regrette, car il a fait plein de choses (ou au moins il a essayé de faire bouger les choses), il a été très transparent sur son blog à propos de ce qu’il a fait.

Et puis il m’envoie ce texte lyrique :

Avec Emmanuel Macron, pour l’Europe

Chères et chers compatriotes, c’est moi

Depuis 2012, j’ai consacré une large part de mes combats de député au respect du droit européen. Sur la sécurité sociale, la reconnaissance des diplômes, l’enseignement bilingue ou le droit de la famille, c’est l’Europe qui nous protège. Qui nous protège de quoi ? L’Europe a dit que la sécurité sociale française et trop chère et doit être réduite en remboursant moins (cf. les GOPE). L’enseignement bilingue se faisait bien avant l’Europe, et se fait en dehors de l’Europe. Aucun rapport donc avec la choucroute.

C’est l’Europe qui nous permet, Français à l’étranger, de vivre librement, à égalité de devoirs et de droits, dans le pays de l’Union que nous avons choisi. Il n’y a pas égalité de devoirs et de droits, puisque je suis en Allemagne depuis 10 ans, mais je n’y ai pas le droit de vote (en dehors des élections municipales).

Le dimanche 7 mai, je voterai pour Emmanuel Macron. Certes. Le Borgn’ a déjà exprimé plus tôt son ralliement à Macron. Mais en fait il est élu PS, et selon l’article 1.2.3 du statut PS aurait dû être obligé de soutenir Hamon. ce qu’il n’a pas fait, et au contraire puisqu’il a affirmé publiquement qu’il ne soutenait pas Hamon. Je n’ai aucun problème qu’il ait des convictions qu’il assume, mais alors il aurait dû quitter le PS et se déclarer comme candidat indépendant.

La France doit être présidée par un homme qui a la passion de l’Europe. Oui à une zone Euro fédéraliste, avec un budget propre et un Ministre européen de l’économie. Oui à des droits renforcés sur l’assurance-chômage, la formation, la santé, la retraite et les salaires. Tel est le projet d’Emmanuel Macron pour la mobilité en Europe. Faux. L’Europe a indiqué que le coût du travail en France est trop cher (pas compétitif). Le smic est trop élevé, la retraite par répartition est trop chère. Cela est publié dans les GOPE. Voir ici. 

Pour y parvenir, le renforcement du lien avec l’Allemagne est nécessaire. La réforme de notre économie et sa convergence avec l’économie allemande aussi. La relation franco-allemande est la clé du progrès européen. C’est une croissance économique soutenue qui permettra la conquête de ces droits nouveaux et le développement espéré de la solidarité européenne. Quels droits nouveaux de quelle conquête de la croissance soutenue ? Pas compris. Pour la solidarité européenne, il faudrait qu’on arrête de nous mettre en compétition entre pays (le mot « compétitivité » qu’on entend tous les jours), et c’est surtout sur l’amitié Grecs-Allemands qu’il faudrait travailler.

Cette conviction qui est mienne comme député et homme de gauche, j’ai souhaité la partager. Ben oui mais c’est pas du tout un programme de gauche. Les idées de Macron sont de centre-droit (c’est pas moi qui le dit). Pour un programme de gauche il fallait voter Mélenchon ou Hamon.

L’élection d’Emmanuel Macron doit être une chance pour nous, Français à l’étranger. Une majorité doit se construire, plurielle, autour de l’ambition européenne. Une majorité qui fasse place aussi à la protection de l’environnement et de notre planète. Une majorité qui regarde devant. Pourquoi que tout à coup on parle d’environnement ? Quel rapport avec la majorité plurielle et avec l’Europe ?

L’Europe, c’est l’avenir de la France. C’est la plus belle, la plus forte, la plus juste des réponses au nationalisme, à la haine et à Marine Le Pen. Je vois surtout beaucoup de haine quand Macron s’excite au micro, ou quand il dit « pour se payer un costume il faut travailler ». Et puis, aussi, la Suisse qui ne veut pas rentrer dans l’UE, ce sont des nationalistes haineux ? Faut pas faire des amalgames, c’est pas bon les amalgames.

Macron le haineux

Le 7 mai, élisons Emmanuel Macron Président de la République ! Donne moi pas des présents de l’impératif !

Bien cordialement,

Pierre-Yves Le Borgn’

 

En conclusion : on peut se demander l’intérêt d’un tel e-mail.

Ceux qui voulaient voter Macron diront « ah oui ben il a raison, moi aussi je vote Macron et je suis 100% d’accord »

Ceux qui voulaient voter Le Pen diront « Ben non Macron c’est un banquier, l’Europe c’est caca et je vote pas pour ce type. »

Et ceux qui hésitent, et ben cet e-mail n’a rien de convaincant. Il est même plutôt insultant comme si on a besoin qu’on nous dise ce qu’on doit voter.

C’est dommage car je voulais voter Le Borgn’ à la prochaine élection législative, mais à cause de cet e-mail, j’ai changé d’avis. Voilà la conséquence de me prendre pour un imbécile.

Cordialement,

le Kip.

PS: Il serait faux de conclure que je vote Marine. Mais je veux qu’on me laisse réfléchir en pet. Si j’avais reçu un e-mail me disant de voter Marine, je l’aurai pourri de la même manière, mais je n’ai reçu que des e-mails pro-Macron. À force, le matraquage, ça gave.

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Pour voter faut être motivé

[Pre-Scriptum: j’ai mis en bas de page les résultats de votes à Munich]

J’ai fait, dimanche, ma promenade de « devoir citoyen » pour aller voter.

Le S-Bahn était vide, comme un dimanche, et en sortant à Giesing, là c’est la surprise car en haut des escaliers du S-Bahn on tombe tout à coup sur une file de gens, que des français.

La file qui n’avait l’air de rien au début s’étendait jusqu’à la prochaine bifurcation,
puis la suivante,
puis la suivante,
etc. etc.

Soit au total environ 1h30 à faire la queue pour finalement arriver à l’urne pour y déposer son enveloppe, qui a l’air tellement minuscule vu le temps qu’on a attendu. C’est-à-dire que je suis parti voter vers 10h et je suis revenu vers 14h, avec les temps de trajet. Et même qu’il faisait un temps de merdasse, froid, humide, un peu de pluie, un peu de grêle.

Voici à peu près où on arrive après avoir patienté 45 minutes.

Est-ce qu’il y a un taux de participation anormalement élevé ?
Ben non, environ 50% comme d’habitude pour les français de l’étranger, et heureusement, on n’ose imaginer la queue avec 80% de participation.

Est-ce que c’est exceptionnel ?
Ben non, on apprend que la même chose s’était produite en 2012, en 2007, en 2002, et des files d’une longueurs comparables, ou pire, se retrouvent à Montréal, à Londres, à Tokyo, etc. etc.

Cela aurait pu être résolu partiellement en mettant en place le vote par correspondance (courrier ou internet), mais ça a été interdit. La procuration n’est pas non plus une solution car si on ne trouve pas quelqu’un ayant un nom de famille proche, il doit faire la queue deux fois. De même pour les couples, car les femmes font la queue à leur nom de jeune fille.

On en déduit que les français de l’étranger, clairement, on s’en fiche. C’est surement pour ça que le FN n’a même pas pris la peine d’envoyer ses affiches aux bureaux de vote étranger. D’ailleurs, ces traitres, ils ont osé quitter la France qui est le meilleur pays du monde, alors je vois même pas pourquoi qu’ils ont le droit de vote d’abord. Et puis pour la peine on pourrait même leur faire payer des impôts en France, comme cela se fait aux USA, et comme le proposait Mélenchon. Tiens, bien fait !

Du coup, même si j’aurais bien voulu, je n’irai pas voter pour le moins pire au deuxième tour, je resterai au chaud. De toute façon on sait qui va gagner.

Bonus : Résultats dans les bureaux à Munich
Nombre d’électeurs inscrits : 12 545
Nombre de votants (nombre d’émargements) : 7 499
Nombre de suffrages exprimés : 7 435

Nombre de suffrages obtenus par chaque candidat
La banquier Rothschild (Macron) : 4 258
Le candidat mis en examen (Fillon) : 1412
Celui qui veut nous faire payer des impots en double (Mélenchon) : 689
Revenu universel (Hamon) : 566
le candidat n°2 qui n’a pas mis ses affiches (ben moi je mets pas ton nom) : 224
Debout là dedans (Dupont-Aignan) : 135
Celui qui n’a pas l’immunité ouvrière (Poutou) : 49
Frexit (Asselineau) : 47
Le berger-politicien maire depuis 40 ans (Lassalle) : 31
Travailler moins (Arthaud) : 12
Le doyen (Cheminade) : 12

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Gustavo gusto – la pizza qui schmeckt

Depuis la babycalipse (quand on n’a plus le temps de rien parce que bébé), je suis à la recherche de plats précuisinés (Fertiggerichte) qui sont bons.

Je cherche en fait des trucs assez normaux, par exemple une pâte feuilletée doit être avec du beurre et pas de l’huile de palme (difficile à trouver cela). Un pesto doit être fait avec des pignons de pins et pas des noix de cajou (moins chers, mais pas du tout le même gout), etc. etc.

On en est malheureusement arrivé à un point où, même si je suis prêt à payer bien plus cher pour avoir des plats non trafiqués, il est très difficile de les trouver. On en est arrivé à cuisiner beaucoup nous-même à cause de cela. On fait des pizzas super bonnes, et même qu’on a investi dans une pierre à pizza en roche volcanique. Malheureusement le temps n’est pas toujours au rendez-vous parce que bébé.

On en vient à la pizza gustavo gusto, découverte récemment au rayon congelé. Comme l’emballage l’explique avec des dessins rigolos, la pizza est faite à la main, en Bavière.

On voit qu’elle est faite à la main, car la forme est bizarroïde. Les ingrédients sont répartis aussi de manière non parfaitement symétrique. Ben c’est normal quoi.

Il y a dedans ce qu’on mettrait soi-même dans une pizza. Par exemple une pizza au thon chez Gustavo Gusto contient de la farine, de la levure, de l’huile d’olive, de la sauce tomate, du thon, des oignons, de la mozzarella, des épices, et c’est tout.

Normal ? Ben par exemple une des pizzas les plus vendues est la Wagner. Wagner sur son site cela a l’air bien. Das Geheimnis steckt im Wagner Sorgfalts-Prinzip. Dazu gehören beste Zutaten sowie der Verzicht auf Konservierungsstoffe, künstliche Aromen und Geschmacksverstärker (Nos pizzas elles sont bonnes car on fait super gaffe, on met les meilleurs ingrédients et pas de la merde). blablabla blabla. En réalité, quand on regarde la longe liste des meilleurs ingrédients de la pizza au thon chez Wagner, on trouve « Edamer 15% » (au lieu de mozzarella), thon en boite dans huile de tournesol (au lieu de thon frais, ou alors thon en boite dans son jus), huile de colza (au lieu d’huile d’olive), poudre de lait entier (euh ?? pourquoi poudre, et pourquoi du lait dans une pizza ??), capre (pourquoi ? ça n’est pas annoncé sur le devant), margarine à base d’huile de palme et de coco (beurk, et une pizza n’a ni margarine, ni beurre), émulgateur mono et diglyceride d’acide de graisse comestible (ils ont dit pourtant pas de merdasse…), un tout petit peu d’huile d’olive quand même mais beaucoup moins que de colza, et moins que de sucre ou de sel, donc ça doit vraiment être une goutte, du bon dextrose, de la délicieuse lécithine de soja, de l’appétissant fécule de mais modifié (modifié comment ?), miam – pas de lien de preuve car pas de pub pour cette cochonnerie.
Pour résumer : Wagner musique bien – Wagner pizza caca.

 

En plus, pizza gustavo fait reposer la pâte pendant une journée, ce qui est normal pour une pizza. Et bien, elle est bonne, au moins aussi bonne que les pizzas du resto va piano (souvent mal cuites). Et franchement, le prix de 3,5 à 4€ n’est pas exagéré, même si c’est plus que les 2€ pour la cochonnerie industrielle de la concurrence. En plus la pizza gustavo est plus grande ! (et a du mal à rentrer dans le congélateur)

Lien vers le site . En vente normalement chez tous les Rewe, surtout en Bavière, peut-être bientôt chez Edeka. Je n’ai pas d’actions chez eux, je ne gagne pas d’argent quand ils vendent. Mais oui je fais de la pub car j’aimerais que les vendeurs de bonnes choses prospèrent pour donner à d’autres l’idée de vendre des bonnes choses. La génération avant nous sont ceux qui ont commencé à acheter des trucs dég alors qu’ils connaissaient le gout normal des produits de leur enfance. J’aimerais croire que notre génération sera celle qui fera revenir les bonnes choses. Fin de l’instant bisounours.

 

Pour finir, quelques autres marques que j’ai trouvées :

  • j’aime bien quelques produits congelés de Frosta, qui mettent des ingrédients normaux. Par exemple le bami goreng, ou la paella.
  • pour le pesto, la marque Ppura fait du pesto normal (sans huile de tournesol, et sans noix de cajou). On la trouve au biomarkt si on a de la chance.
  • pour la pâte feuilletée on achète la butter blätterteig de Moin ou la dinkel, faite avec du beurre donc. Attention car Moin vend aussi du vegan, sans beurre. On le trouve aussi au biomarkt.

Je suis preneur de recommandations d’autres marques si vous avez.

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Gegenfurzerei

Article court et mystérieux aujourd’hui alors c’est parti :

« Loana ist eine ganz schwierige Frau » (Loana est une femme très difficile)

Il faut un qui l’énonce (c’est moi), un qui comprend et un qui ne comprend pas, je vous laisse choisir votre camp.

Éventuellement vous pouvez donner votre langue à Google.

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Et maintenant quoi ?

Selon un proverbe allemand d’origine inconnue (on le retrouve aussi en anglais) :

Ein Mann muss drei Dinge im Leben tun:
Un homme (pas une femme – ce n’est pas moi qui le dit, c’est le proverbe) doit faire trois choses dans sa vie

ein Haus bauen
Construire une maison
    ⊕ fait – enfin si on veut, j’ai donné les sous et ils ont fait la maison (enfin donné les sous si on veut, j’ai supplié une banque de m’offrir une maison en échange de quoi je lui donne mon salaire des 15 prochaines années)

einen Baum pflanzen
Planter un arbre
    ⊕ fait – moi-même tout seul comme un grand, car mes ouvriers m’ont lâchement abandonné (oubliez tout ce que vous avez entendu sur les Allemands bon travailleurs) – et même que j’ai planté quatre arbres, et même qu’ils étaient énorme (4m de haut, 100-150kg par arbre)

einen Sohn zeugen
Élever/ créer un fils
    ⊕ fait – moi-même mais pas tout seul, ben ouais ça marche pas. Et puis même si je trouvais que me cloner est une super idée, ceux à qui j’en ai parlé m’ont dit non surtout pas t’es fou un seul suffit.

J’ai donc fait les trois choses de la vie à faire. Et maintenant quoi ? Je peux glandouiller tranquillement sans pression ?

 

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

La méga teuf beaujolais à Munich (samedi 19.11.2016)

Un peu de pub pour la soirée beaujolais nouveau qui a lieu chaque année, avec de la musique tout plein française (surtout grâce à DJ Christian « 100.000Watt » Berst qui a tous les CDs de nos soirées étudiantes quand on était jeune), et du beaujolais (parfois trop nouveau). C’est surtout une occasion de rencontrer pleins de français ce qui fait du bien de temps en temps.

Cette année, ça sera au Novotel, proche de la gare centrale de Munich, dans une salle énorme.

C’est 8.5€ l’entrée pour profiter de la musique, et pour ceux qui veulent aussi y manger il faudra payer un peu plus.

2560_novo_muc_arnupa_fl_beaujolais_a6_fr_1016

Soyez sages !

 

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

L’été pluvieux ensoleillé paradoxal de Munich

Selon une statistique scientifique qui analyse les jours de soleils et la quantité de pluie des jours d’été (juin, juillet, aout) depuis trente ans, en Allemagne, on apprend que :

  • Munich est la ville où il y a le plus de jours de soleil en été (ex aequo avec Freiburg). En même temps il s’agit d’un peu moins d’un jour sur trois, donc ne revez pas trop.
  • Munich est aussi, et de loin, la ville où il y a le plus de pluie en été (un peu plus d’un jour sur trois).
  • Ça veut dire qu’en moyenne un été à Munich c’est une semaine de beau temps, puis une semaine de gris puis une semaine de pluie, puis après la pluie le beau temps. Évidemment, comme la psychologie joue un rôle et que les jours de beau temps passent toujours plus vite, on a plutôt l’impression en fait d’avoir un jour de beau suivi par une semaine de vache qui pisse des hallebardes à Gravelote.

On voit que dans les villes du nord, il y a moins de soleil. Il y a aussi moins de pluie. Il fait donc plus souvent un temps de rien, grisounet, j’imagine. C’est pour ça que les gens du sud ne veulent pas aller au nord.

Les gens du nord ont surement un moyen de tourner les statistiques en leur faveur et d’être content quand même, mais je ne vais pas faire le travail à leur place. Non mais !

 

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Bierkäse – fromage de ou à la bière

En Allemagne on ne trouve pas forcément les fromages que l’on connait.

On trouve bien du camembert et du brie (parfois sans gout, parfois bien). On trouve du bleu et du reblochon, et des rouleaux de chèvre. Par contre il est beaucoup plus rare de voir par exemple tomme de savoie, de pyrénées, saint nectaire, etc. que l’on trouve assez facilement au supermarché français.

On trouve en revanche de nombreux fromages que l’on va appeler des fromages bizarres.

Des goudas rouges pimentés, des fromages dont la croute est garnie de pétales de fleurs, du fromage au pesto. Ils ne sont généralement pas de mon gout. Le fromage lui-même est souvent toujours le même, sans gout, et les épices ajoutées ne vont pas avec.

Pourtant je suis aventureux et j’essaie. Si c’est bon, c’est bon ; si c’est pas bon ça me fait un truc à raconter.

Le fromage bizarre du titre de l’article, photo non-appétissante ci-dessous (c’est aussi à cause de l’éclairage et pas uniquement à cause du fromage) s’appelle Bierkäse (fromage bière).

bierkase

Le Bierkäse comme ça en voyant le nom, on image que le lait a été mélangé avec de la bière pour donner un goût unique audacieux et peut-être-bon-je-sais-pas-faut-essayer.

On est un peu désenchanté déjà en lisant l’étiquette où on apprend que c’est juste la croûte qui a été délicatement imprégnée de bière. D’autre part la croûte ne se mange pas. Reste à savoir si le goût migre à travers la croûte.

Donc je l’achète et je rentre avec.

Je le déballe.

Ça sent « bizarre ». Ou plus exactement ça sent la soupe.

Je goute. Ça n’a pas du tout le goût de bière. Par contre ça a bien un gout. Un gout « bizarre » ou plus exactement un gout de soupe.

Et ben oui quand on lit le reste de l’étiquette, il y a des oignons et de la ciboulette dans le fromage.

Pourtant selon le producteur c’est super bon

Bier und Käse – perfekt kombiniert
Bière et fromage – combiné parfaitement
(ce que je me suis dit en l’achetant « combinaison cheloue, mais si ça se trouve c’est bon »)

Die Kombination von Rotkulturen und Bieraroma verleiht diesem aromatisch-würzigen Schnittkäse mit 50 % Fett i. Tr. ein sehr stimmiges Geschmacksaroma, das durch eine Gewürzmischung aus Natursalz, Schnittlauch und Zwiebeln unterstrichen wird.
La combinaison du frometon et de la bière donne à ce fromage un gout de ouf qui est souligné avec les épices qu’on avait sous la main, du sel du ciboulette et du oignon.

Sein »bieriges« Aroma erreicht der Käse, indem er am Ende der Reifezeit in Weizenbier eingelegt wird. Vollenden Sie dieses Geschmackserlebnis, indem Sie zum Käse ein Märzenbier oder ein helles Weißbier genießen
Le fromage obtient son arome « biérifiant » quand qu’il est fini et qu’on le trempe dans de la bière blanche qu’on ne peut plus boire après. Cet évènement gustatif extraordinaire pour vos papilles subtiles (je sais pas comment traduire « Geschmackserlebnis » mot que j’aime bien utiliser en allemand) devient plus encore meilleur si qu’on boit une bière avec (au moins comme ça on a le gout de bière qui manque dans le fromage).

 

Autrement il existe un fromage similaire, le Rotweinkäse, qui aussi a une croûte imbibée de vin rouge, mais qui ne se mange pas, et qui n’a pas non plus de gout de vin rouge dans le fromage.

Même si c’est trop de l’arnaque, le Rotweinkäse est meilleur car il est plus joli, avec une croute rouge au lieu d’un croûte moche, et puis il a un gout de fromage qui n’a pas de gout au lieu d’avoir un gout de soupe.

Voilà pour mes expériences d’intégration.

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Gla. Gla.

Nous sommes le 26 avril 2016,

il fait 0 degré(s ou pas?).

il neige depuis 2 jours.

Il fait nuit le jour. Et la nuit ? Il fait nuit aussi.

Mais en plus de faire nuit la nuit, la température descend en dessous du zéro et il a fallu rentrer les plantes sensibles.

On a aussi rallumé le chauffage (sans panneaux solaires, heureusement).

Certains nous promettent un réchauffement climatique.

Moi je dis « chiche ! Même pas cap’ ! ».

C’est pas les 1 ou 2 degrés de plus sur un siècle qui vont changer grand chose, mais ça sera déjà un bon début.

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Expressions timbrées

Dans ma collection de timbres rigolos j’ai fait l’acquisition de cette série de timbres français d’expressions à base d’animaux.

timbres-expressions-1

Comme que c’est pas facile d’apprendre des expressions en langue étrangère – les Allemands me parlent soit en bavarois incompréhensible, soit en allemand pour débile avec vocabulaire simplifié – je m’enrichis moi-même mon vocabulaire non mais d’abord.

Un froid de canard

Un Entenkälte, ne se dit pas en Allemand. Normal, car ce n’est pas logique. Le canard n’a pas froid, je l’ai vu se baigner dans la rivière en plein décembre hivernal bavarois. Etymologiquement, il semblerait que ce n’est pas le canard qui a froid mais le chasseur qui attend le canard sans bouger. Lui se pèle le cul et se gèle les miches, mais on ne dit pas un froid de chasseur, ça ne serait pas viril.

En allemand on peur dire Eiseskälte – un froid de fer (bof) mais aussi Hundekälte (un froid de chien, se dit aussi en français non ?) et Saukälte (un froid de truie).

La truie – Sau – est très utile à la formation d’expressions, c’est un peu l’animal qui transforme du bien en pas bien. Par exemple,
Wetter (météo) – Sauwetter (un temps de cochonne)
Haufen (un petit tas ou une colline) – Sauhaufen (du bordel)
Stall (une étable) – Saustall (du bordel)
Kerl (un mec) – Saukerl (un connard)

Comme exception il y a Geil (génial) qui donne Saugeil (super trop génial cool) où je ne comprends pas vraiment l’influence du cochon dans l’extrémité de la génialitude. On se demandera aussi pourquoi « Sauber » veut dire propre et non pas sale 🙂

 

Rire comme une baleine

Lachen wie ein Wal ? Quelle idée saugrenue (encore Sau…).

En allemand j’ai trouvé « sich Tod lachen », mais c’est mourir de rire, ou dans le même genre « kaputtlachen » – rire tellement qu’on est kaputt. Que j’aime bien, car le mot kaputt est je trouve un mot qui est le modèle du mot allemand.

 

Avoir un appétit d’oiseau

Se dit aussi en allemand, ou presque, il y a l’expression « essen wie ein Spatz » (manger comme un moineau).

Qui a une mangeoire à oiseau le sait, un oiseau arrive, prend une graine de tournesol, et s’en va. Je me demande toujours calorifiquement si l’énergie contenue dans la graine couvre le coût du voyage. Rien à voir avec l’écureuil qui mange comme un ogre, il s’installe tranquillement dans la mangeoire pendant 10 minutes, et repart quand c’est vide. Du coup, avoir un appétit d’écureuil, même si ça sonne bien, ne veut rien dire.

 

Donner sa langue au chat

Ich gebe meine Zunge der Katz. Ça a quand même plus de style que de dire simplement « ich gebe das Raten auf » (j’abandonne la devinette), qui n’est même pas vraiment une expression mais juste une définition.

L’expression française est d’ailleurs bizarre. Les trois autres à la rigueur on peut se faire une image, mais la langue au chat je n’ai jamais vu le rapport, ça a surtout l’air dangereux. D’ailleurs je n’ai rien compris à son étymologie non plus ( voyez par là http://www.expressio.fr/expressions/donner-sa-langue-au-chat.php ).

Alerte prétérition : Je veux pas dénigrer en passant, mais l’anglais est quand même plus rigolo… 🙂

[si j’ai raté des traductions drôles, dites-moi en commentaire pour défendre la langue allemande, merci]

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook