Archives annuelles : 2008

Leberkäse

Leberkäse, ça veut dire littéralement fromage de foie, sauf que ça ne contient ni du fromage, ni du foie. En fait, on ne sait pas vraiment ce qu’il y a dedans, sauf que c’est une spécialité de Bavière, que ça se mange, et que c’est bon.

Apparemment, c’est un mélange de boeuf, de bacon et d’ognons, et est fabriqué en hachant les ingrédients finement, et en le cuisant comme du pain. Il parait que seul le Leberkäse bavarois ne contient pas de foie, ceux d’autres régions (Souabe, Autriche) en contiennent, ce qui explique la moitié du nom. L’origine de l’autre moitié du mot est disputée.

La première fois que j’en ai mangé, c’était juste froid (ou réchauffé, je sais plus) en sandwich. C’était pas mal, mais j’en ai ensuite eu du grillé dans un Biergarten, et c’était vachement mieux.

On peut le manger aussi grillé dans beaucoup beaucoup d’huile (j’ai dit que c’est bavarois ?) avec des oeufs sur le plat (cuits dans beaucoup de beurre), et éventuellement un peu d’ognon (grillés dans l’huile du leberkäse, pour être sûr de ne pas en perdre) et de la ciboulette (fraiche, je la cultive à l’intérieur). C’est ce que j’ai fait aujourd’hui (toujours grace à Dokteur Oetker)


Je trouve ça très bon ! Les œufs sont crevés, ce qui fait moins joli, mais j’aime mieux les manger comme ça… Ça serait sûrement encore mieux avec de la bière Augustiner, selon les bavarois, mais je n’ai que du johannisbeerschorle chez moi aujourd’hui.
Normalement, c’est un seul leberkäse par personne, car à 120g la bête, on n’a pas forcément faim pour deux. J’en mange deux quand même, car comme un bon allemand, je ne mange pas d’entrée ni de dessert (juste un yaourt).

Une autre recette plus connue consiste à ne pas mettre d’ognons, mais à mettre leberkäse et oeuf sur une tranche de pain. Alors ça s’appelle un Stammer Max. Normalement, le strammer max, c’est juste avec une tranche de jambon, mais ici c’est la bavière, alors on a le droit à la variante locale utilisant des produits régionaux !

Il paraitrait (d’après Wikipédia) que Max est le nom que les allemands donnent à leur pénis (comme dick en anglais), car ils pensaient que ça avait des vertues d’amélioration des performances sexuelles (on va dire ça comme ça, hein…). Si vous connaissez un allemand qui s’appelle Max, demandez lui ce qu’il en pense…

Pour les curieux : moi j’en ai mangé ce week-end (avant de savoir pour l’histoire de Max), mais ça ne m’a rien fait. Même mon accent allemand n’a pas évolué.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, je viens de créer l’article Wikipédia sur le Leberkäse, en traduisant l’article anglais.

Bergader Edelpilz

Qui a dit que les fromages allemands n’ont pas de goût ? (c’est moi) Je retire ça, il y en a qui puent bien comme chez nous (la France je veux dire).

Dans une recette où il fallait du gorgonzola, mon allemande de copine me dit que gorgonzola c’est trop fort, et il faut un remplacement moins fort. Au hasard, on prend « Bergader Edelpilz », un fromage inconnu, mais made in Germany, donc pas de risque. Voici la bête :


C’est écrit dessus herzhaft (savoureux), würzig (épicé) et made in Bavière, rien pour faire peur quoi.

Au moment de faire la recette, on l’ouvre, et mon allemande de copine décide que ça sent trop fort, alors on ne le met pas pour cette fois, et en sous-entendu ça veut dire que je dois me le bouffer tout seul.

Tentative 1 : recette inventée par moi-même, mais pas terrible du tout : ce truc, avec des noix pilées et un peu de lait pour la sauce (il n’y avait rien d’autre dans mon frigo). Ça avait trop de goût (d’odeur aussi), et j’ai eu du mal à finir le plat (des pâtes en sauce truc). En fait, ce fromage, c’est tout à fait du gorgonzola, il parait que la méthode de fabrication est à peu près la même.

Tentative 2 : recette du Dr Oetker, avec le fromage + de la crème fraiche liquide (schlagsahne), ognons, tomates, sel, poivre et basilic frais + les mêmes pâtes qu’avant. Super vachement bon !

On m’a dit que la crème fraiche rend le goût du gorgonzola plus léger. J’ai l’impression que c’est vrai, car dans les deux tentatives, j’ai mis exactement la même quantité de fromage.

Moi aussi, je suis docteur, mais y a pas à dire, Dr Oetker est plus fort que moi en recettes. (bon mais je suis pas docteur en cuisine, hein, mon truc à moi, c’est le Bildverarbeitung)

Lettre aux allemands

Mes chers compatriotes
meine Damen und Herren

vous êtes nombreux à me demander votre chemin dans les rues de Munich
Es gibt wirklich zu viele Leute, die mir ihre Weg fragen

c’est très courageux de votre part
das ist total verrückt und sinnlos

mais je dois vous avouer trois choses
aber

1. je suis nul en orientation
Orientirung kaputt, ich bin kein GPS

2. je suis français, normalement ça se voit à ma tronche
mein Kopf sieht wie ein camembert aus, nicht wie ein Bretzel

3. je parle allemand comme une vache espagnole
ich spreche schlechter als eine bayerische Kuh

tout ce que je peux faire, c’est montrer du doigt
meine einzige Antwort ist « in dieser Richtung »

alors, merci de me laisser tranquille le matin quand j’ai pas eu mon café et le soir quand je suis fatigué du travail
alles muss raus

Cordialement
MfG

Le Kip de Munich
Kaiser Kip der erste von München (ça c’est pour intimider et qu’on me laisse tranquille)

PS1: au moins, ce matin, la dame parlait français, mais je ne savais quand même pas où était son truc.

PS2: en rentrant, je me suis demandé si j’allais écrire ce post.
Finalement, des gens perdus m’attendaient devant la porte de mon immeuble,
alors je me suis senti obligé…

PS3: j’ai vu Truman show il y a quelques jours, je pense que tous ces gens sont des espions
et qu’ils me poursuivent. La preuve que c’est une conspiration : ils parlent tous la même langue secrète pour communiquer entre eux. Vous aussi, venez me demander votre chemin, vous allez bien vous marrer. L’attraction est tous les matins au bavariapark.

PS4: en conséquence, j’ai décidé de prendre une carte avec moi à partir de maintenant,
ça évitera qu’on me pose la question, de même qu’il ne pleut pas quand je prends mon parapluie.

La pub du jour

Aujourd’hui, dans ma boite aux lettres, j’ai reçu le torchon la publicité suivante :


Il est écrit en gros « letzte Ruhe » (dernière paix, un truc religieux ?) et en plus petit en dessous « Tierfriedhof » (cimetière pour animaux).

Eh oui, on a à Munich un cimetière pour animaux. Ça ne m’étonnerait pas que ça existe déjà aux États-Unis, mais quand même, les allemands ne sont pas des américains… (car ils comprennent moins bien quand je parle anglais). Vu les photos, ça ne m’inspire pas vraiment. Sur la première photo, on dirait un jardin particulier, devant une maison particulièrement moche. La deuxième photo est un mausolée ? Et la troisième photo montre quelques noms ridicules d’animaux, notamment spätzl (un plat qui ressemble à des pâtes et qui est bien bon, un peu comme si on appelait son chien nouille ou ravioli) et Risoletto (un opéra). Tiens, c’est peut-être un intérêt de ce cimetière : une promenade-rigolade.

Pourtant, sur l’affiche, ça a l’air trop bien :


Les prix : au mieux 300 euros pour un espace de 50×50 cm (selon eux, un petit oiseau, un hamster ou un rat), pendant 3 ans, renouvelable indéfiniment (sous-entendu tant qu’on paie).

Mouais… si des gens veulent payer pour ça, c’est leur problème, mais moi c’est pas mon truc.

PS1 : Au moins, ce n’est pas un e-cimetière virtuel d’une créature virtuelle, comme le cimetière pour tamagotchi, payable avec des euros qui n’ont rien de virtuels…

PS2 : Avec une rapide recherche, je me rends compte que les « cimetières animaliers » sont aussi assez répandus en France, alors les Français qui ont bien rigolé plus haut en se moquant de l’Allemagne, ben maintenant, vous rigolez moins, hein ? Ça date même de 1899 !

PS3 : Si qu’on veut pas que je me moque de ces trucs, faut qu’a pas me provoquer en mettant la pub dans ma boite aux lettres.

Ils sont fous ces humains.

Draguer en Allemagne

Il parait que pour nous, Français, c’est très difficile de draguer en Allemagne, car ils sont plus subtils (enfin moi, c’est pas ça qui m’a empêché, mais bon).

Les Wir sind Helden (groupe de rock très populaire ici), ont fait à ce propos une chanson: Aurélie !

Les paroles en français sont ici. En résumé, c’est l’histoire d’une française, Aurélie, qui va à Berlin. La pauvre, personne ne lui déclare sa flamme, alors elle se croit non-aimée. Mais en fait point du tout, c’est juste qu’elle ne remarque pas les signes (trop) subtiles des Allemands.

À ce sujet, quelqu’un que je ne connais pas nous fait part aussi de son expérience personnelle, qui va dans le même sens.

Enfin tout ça, c’est des expériences du côté féminin. Mon analyse à moi, ce serait qu’en Allemagne, ce sont les femmes qui draguent, et les hommes qui restent passifs. La belle vie quoi ! En effet, il m’est arrivé il y a quelques mois la chose suivante :

moi : marchant d’un pas décidé, car c’était l’hiver (je crois), et l’hiver à Munich, c’est pas un hiver de tapète.
deux filles de 14-16 ans qui passaient par là : Mein Herr ! Mein Herr !
moi : regardant tout autour de moi, ben y a personne d’autre, alors c’est moi, alors je m’arrête mais qu’est ce qu’on me veut ?
une fille : achtrtztütztrrrßrtzß (ou quelque chose du genre, je crois que c’était du dialecte bavarois, ou alors c’est juste que j’étais trop une quiche en allemand à l’époque)
moi avec mon meilleur accent allemand, qu’on peut pas faire la différence avec un natif : Ich verstehe nicht.
une fille : Ach ! Sind Sie französisch ?
moi trahi : Ja !
les filles entre elles : Ach ach ! Er ist französisch !
moi : …
les filles ensembles, après un moment d’hésitation pour se rappeler les paroles : Voulez-vous coucher avec moi ? … Ce soir ?
moi, poli : nein, danke ! et je suis parti

C’est ça qu’on appelle subtil ?? Pour me draguer, il faut être plus subtil, par exemple faire semblant de ne pas remarquer mon accent allemand tout pourri, ça me ferait déjà plaisir…

Merci à ceux qui font l’effort.

Paris <-> Munich

Pour aller de Paris à Munich, il y a le choix, grosso modo, entre la voiture, le train ou l’avion. Mais c’est quoi que donc qui est le mieux ? Voici un petit comparatif :

Temps de trajet :

  1. avion, : 4h30 : 1h30 en vol direct + être une heure avant à l’aéroport + 45 minutes du centre de paris à l’aéroport + 45 minutes du centre de Munich à l’aéroport + 30 minutes pour attendre les valises
  2. train : environ 6h-6h30, en direct ou en changeant à Stuttgart. Il y a le LGV Est en France qui va vite, puis il freine en Allemagne, car ils ne sont pas bien équipés. La voie rapide est en cours d’installation et devrait venir vers 2010??
  3. voiture : 8h sans pauses (environ 800 kilomètres)

Confort :

  1. train 1 ere classe : on s’asseoit et on peut bouquiner tranquillement
  2. train 2eme classe : on s’asseoit et on peut bouquiner tranquillement. Siege plus petit => plus de gens => plus de bruit
  3. voiture, si on a une bonne voiture
  4. avion, il faut passer tous les contrôles, poireauter dans les diverses salles d’attente, et s’assoir sur un siège plus étroit que mes épaules, et sans place pour mes jambes.

Pollution :

  1. train, éventuellement pas de pollution si l’énergie provient d’énergie renouvellable (on peut toujours rêver)
  2. voiture
  3. avion, je crois que ça pollue plus que la voiture, mais je suis pas sûr

Prix d’un aller :

c’est compliqué

  1. 39€ train, 2eme classe, payé en Allemagne ou sur bahn.de, avec beaucoup de chance en obtenant la réduction europaspezial
  2. 64,5€ train, 2eme classe, payé chez SNCF, avec beaucoup de chance, si on obtient la réduction prix MINI
  3. 67,60€ par avion au mieux (i.e. 100€ aller-retour lufthansa divisé par deux, + 9.20€ pour aller à l’aéroport de Munich + 8,4€ pour aller à l’aéroport de Paris)
  4. 80,5 € train, 2eme classe, payé en Allemagne ou sur bahn.de, avec Bahncard 50
  5. 82€ train, 2eme classe, payé chez SNCF, avec carte 12-25 si on a de la chance
  6. 96,7 € train, 2eme classe, payé en Allemagne ou sur bahn.de, avec Bahncard 25
  7. 96,75€ train, 2eme classe, payé chez SNCF, avec carte 12-25 si on a moins de chance
  8. 109,94€ en voiture d’après Michelin (33,10 peage, 76,84 pétrole)
  9. 129€ train, 2eme classe, payé en Allemagne ou sur bahn.de ou sur SNCF, sans réduction
  10. train premiere classe

Note : on peut acheter le ticket sur le site allemand et profiter des réductions même si on est en France… (de même que j’achetais sur SNCF depuis l’Allemagne avant de me rendre compte que c’est moins cher chez la Deutsche Bahn)

Maintenant, vous savez tout, les parisiens n’ont plus d’excuse pour ne pas venir (moi, personnellement, je prends le train, car ça pollue moins, c’est plus confortable, et je voyage suffisamment pour que la BahnCard soit rentable).

Poésies de Schiller

J’ai fini de transcrire (i.e. ici, transformer les scans d’un livre avec plein de pages, en texte informatique avec plein d’octets), sur Wikisource, les poésies de Friedrich von Schiller (un poète allemand très connu), traduites par Xavier Marmier, académicien en son temps (1808-1892).

Il s’agit d’un texte du domaine public, donc diffusable gratuitement. Les poésies sont visualisables ici. Pour accéder à d’autres poésies du même auteur (car Marmier n’a pas tout traduit), voyez plutôt là.

Initialement, je voulais juste transcrire Herculaneum et Pompei, après un voyage au Vésuve, puis dans la lancée, j’ai transcrit tout le livre (quelques 300 pages).

Berlin vs. Munich

Après un séjour à Berlin, une petite comparaison comme ça à chaud.

D’abord, Berlin et Munich, c’est presque la même chose : une ville avec des gens qui parlent allemand. Quelques détails ou similitudes en vrac :

  1. À Munich, on voit des lions partout (emblême de la ville, fondée par Henri le Lion), à Berlin ce sont des ours (fondée par Albrecht l’ours)
  2. Munich est traversée par un fleuve (l’Isar), Berlin aussi (la Spree)
  3. Les deux fleuves forment une ile au centre de la ville, qui abrite des musées (appellée Museumsinsel dans les deux villes).
  4. Un Döner Kebab à Munich coute typiquement 3€ ou 3€50 ; à Berlin, c’est 2€50, et il parait qu’on peut en trouver à 1€.
  5. Il y a une Fernsehturm à Munich (Olympiaturm, 291 mètres) et à Berlin (368 mètres). Les deux possèdent un restaurant rotatif au sommet, et une vue panoramique de la ville. La tour à Berlin est plus proche du centre ville, donc plus intéressante.
  6. À Munich, le ciel est bleu azur (comme sur la côte d’azur). À Berlin, il est gris paris (comme à Paris).
  7. On voit des grues partout à Munich (8 rien qu’en face de ma fenêtre, qui travaillent de 7h du matin à 8h du soir, vivement l’hiver). À Berlin, c’est pire. On peut voir notamment dans la Museumsinsel le résultat de ces reconstructions, où ils refont les bâtiments d’époque (parfois en démolissant une mocheté des années 60 qui avait été installée à la place). Cf. notamment la reconstruction commencée en 2007 du château de Berlin.
  8. À Berlin, il y a plus de gens, plus de touristes, mais aussi plus de musées et plus de cinéma (à peu près autant qu’à Paris je dirais)
  9. À Berlin, ils font des vraies currywurst. C’est-à-dire une saucisse avec du curry dedans. À Munich, une currywurst, c’est juste une saucisse avec une sauce au curry (ce que je trouve bon aussi, à manger avec des pommes frites)
  10. À Munich, on peut commander un verre de 1 litre de bière. À Berlin, on peut pas, na d’abord ! (D’ailleurs, 1L c’est trop pour moi, je préfère 1/2 litre)

Post scriptum bonus : À Potsdam, où j’ai mangé mon meilleur Döner Kebap jusqu’à maintenant, j’ai vu aussi pour la première fois des ruines artificielles, il parait que ça fait chic.

Vielleicht Weisswurst ou peut-être pas

J’ai testé les Weisswurst de la marque Vielleicht.


Weisswurst, c’est une spécialité de Munich, en gros un boudin blanc assaisonné aux herbes. Vielleicht, c’est une marque et une méthode brevetée pour produire des saucisses et du jambon avec moins de 3% de gras. Ils jouent sur un jeu de mot car vielleicht = peut-être, mais aussi = viel + leicht, c’est-à-dire très léger (dans le sens pas gras). On peut dire aussi que viel = beaucoup, et en effet, 3 saucisses c’est beaucoup pour un seul homme (moi en l’occurrence).

Évidemment, les weisswurst se mangent avec des Bretzn et de la moutarde à weisswurst (moutarde douce). Comme ils n’avaient plus de bretzel frais, j’ai dû me contenter de bretzel congelés (vendus avec le sel à bretzel), donc deux expérimentations dans un même repas.


Alors les saucisses : mouais c’est pas mal, mais ça manque un peu de gout. J’aime mieux les saucisses bien grasses que j’avais mangées les dernières fois (de chez Tengelmann), ou alors encore mieux, les fraiches.

Bretzel : pas mal du tout pour du congelé (consistance et gout ok), mais ça ne vaut pas non plus du frais.

Je précise que mon test de Vielleicht est une récidive. J’ai déjà testé leur Paprikalyoner (gros saucisson au paprika coupé en tranches, images ici), qui est très bon.

En France, on brule des voitures, en Hollande, on brule des appartements

En direct, de votre envoyé spécial qui revient justement de Hollande (aujourd’hui, cours d’allemand et de hollandais).

En Hollande, ils parlent une drôle de langue, mais qui ressemble pas mal à un dialecte allemand très prononcé et très rugueux. D’ailleurs, il parait que les dialectes du nord de l’Allemagne sont proches du hollandais.

Par exemple, je demande une bière dont le nom était sympatique: une Goulden Draak (on dirait un nom de viking). Comme ça à chaud, je dirais que ça veut dire quelque chose comme le bâteau doré. Le serveur l’apporte, et dit avec sa belle langue poétique : « rrrourrren rrrrarrrr ». Mon premier reflexe a été de dire que c’était pas pour moi, mais pour l’autre qui était avec moi. Mais lui a fait pareil « tiens, ça doit être pour toi ». Heureusement, c’est écrit dessus.

Le problème en hollandais (i.e. le problème pour parler la langue), c’est que « r » se prononce « r », ce qui est normal ; « h » se prononce « r », ce qui est un peu moins normal, mais on peut le voir comme un h aspiré dénaturé ; mais le « g » se prononce aussi « r », et ça c’est pas normal. Bon mais ça ne m’a pas torturé très longtemps, la bière était bien bonne et bien forte, après au lit et un bon dodo.

À part ça, le hollandais c’est facile à lire si on parle allemand (utile quand les cartes des restos ne sont qu’en hollandais), et il faut dire quand même que les gens parlent bien anglais là-bas, mieux qu’en Allemagne (note : j’ose même pas comparer à la France).

En parlant de bière, il semble aussi qu’il y ait une différence entre « groot » et « gross » (qui veut dire grand en allemand). Une groot bier en Hollande fait parfois 33cL, parfois un demi-litre. En Allemagne (en Bavière en tout cas), on appelle ça « ein Bier » (ou « ein normales Bier » si on veut insister) . Une « gross » Bier, en Allemagne, ça fait un litre et ça s’appelle une Maß (car après, on dort comme une masse (et surtout on fait la queue aux toilettes)), sauf entre fin septembre et début octobre pendant l’Oktoberfest, ou là ça s’appelle une bière la plus petite possible s’il vous plait.

Pour cette histoire de maisons qui brulent, on voit partout en Hollande sur les agences immobilières « verkocht ». C’est pas drôle pour un français, mais c’est drôle pour un allemand, car verkocht vient du verbe verkochen = bruler. Apparemment, en hollandais, verkocht vient du verbe verkopen = vendre (en allemand, verkaufen, c’est proche).

Maintenant, vous savez tout.