En France, on brule des voitures, en Hollande, on brule des appartements

En direct, de votre envoyé spécial qui revient justement de Hollande (aujourd’hui, cours d’allemand et de hollandais).

En Hollande, ils parlent une drôle de langue, mais qui ressemble pas mal à un dialecte allemand très prononcé et très rugueux. D’ailleurs, il parait que les dialectes du nord de l’Allemagne sont proches du hollandais.

Par exemple, je demande une bière dont le nom était sympatique: une Goulden Draak (on dirait un nom de viking). Comme ça à chaud, je dirais que ça veut dire quelque chose comme le bâteau doré. Le serveur l’apporte, et dit avec sa belle langue poétique : « rrrourrren rrrrarrrr ». Mon premier reflexe a été de dire que c’était pas pour moi, mais pour l’autre qui était avec moi. Mais lui a fait pareil « tiens, ça doit être pour toi ». Heureusement, c’est écrit dessus.

Le problème en hollandais (i.e. le problème pour parler la langue), c’est que « r » se prononce « r », ce qui est normal ; « h » se prononce « r », ce qui est un peu moins normal, mais on peut le voir comme un h aspiré dénaturé ; mais le « g » se prononce aussi « r », et ça c’est pas normal. Bon mais ça ne m’a pas torturé très longtemps, la bière était bien bonne et bien forte, après au lit et un bon dodo.

À part ça, le hollandais c’est facile à lire si on parle allemand (utile quand les cartes des restos ne sont qu’en hollandais), et il faut dire quand même que les gens parlent bien anglais là-bas, mieux qu’en Allemagne (note : j’ose même pas comparer à la France).

En parlant de bière, il semble aussi qu’il y ait une différence entre « groot » et « gross » (qui veut dire grand en allemand). Une groot bier en Hollande fait parfois 33cL, parfois un demi-litre. En Allemagne (en Bavière en tout cas), on appelle ça « ein Bier » (ou « ein normales Bier » si on veut insister) . Une « gross » Bier, en Allemagne, ça fait un litre et ça s’appelle une Maß (car après, on dort comme une masse (et surtout on fait la queue aux toilettes)), sauf entre fin septembre et début octobre pendant l’Oktoberfest, ou là ça s’appelle une bière la plus petite possible s’il vous plait.

Pour cette histoire de maisons qui brulent, on voit partout en Hollande sur les agences immobilières « verkocht ». C’est pas drôle pour un français, mais c’est drôle pour un allemand, car verkocht vient du verbe verkochen = bruler. Apparemment, en hollandais, verkocht vient du verbe verkopen = vendre (en allemand, verkaufen, c’est proche).

Maintenant, vous savez tout.

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook