Des pâtisseries françaises à Munich

Quand on me demande ce qui me manque à Munich, je dis « rien ». Car finalement, je ne suis pas difficile, pas nostalgique et content partout. Mais, si on insiste, je dirais que ce sont les pâtisseries françaises qui manquent. Il y a bien une mini pâtisserie française à côté de chez moi, mais les prix sont orbitants (ils font grossir les orbites oculaires, et j’ai encore deux yeux, alors je ne peux pas dire exorbitants), et le choix est rikiki (des croissants, des pains au chocolat et des mille-feuilles, et des emplacements vides pour faire penser au client qu’il y a plein de choses qui ont été vendues, mais j’ai fait mon enquête plusieurs fois à des heures différentes, alors je sais que c’est du bluff).

Or donc, en me promenant dans la gare de Munich, j’ai vu qu’un Brioche Dorée vient d’ouvrir (devant les trains longues distances, au milieu, vers la sortie Arnulf). Illico presto, j’y vais acheter un flan. Ils ont plein de choses, à prix raisonnables, un peu plus cher qu’en France quand même : des croissants (1,3€), des pains au choco (1,4€), des milles-feuilles, des éclairs (2,1€), des flans natures (2,5€) et des tartelettes à différents parfums.

Voici le flan (accompagné d’un latte macchiatto de ma vollautomat, et de deux fraises de mon balcon, qui me donne environ 4 fraises par semaine, très très bonnes, mais si petites…) :


Le flan est très bon, comme en France quand il est bien fait. Pour le demander, j’ai fait un effort de bien parler à la française « ich möchte ein Flan », avec un « an » bien nasal de chez nous, et non pas un flanne. Apparemment, le monsieur ne parlait pas français, mais je m’en fiche, je ne suis pas à Munich pour voir des français. Je précise ma prononciation, car j’ai l’habitude de prononcer croissant avec un accent allemand (croissaanne TTT), et j’ai appris récemment qu’en fait ils le prononcent comme nous, alors pas la peine de se casser le croupion.

En ce qui concerne les éclairs, il y en a des moins chers autre part dans la gare (1,45€), pas loin dans la boulangerie à coté de Internationale Presse, au parfum chocolat ou vanille. J’ai testé les deux hiers, très bons, même si la patachou était un peu molle, mais je pense que c’est à cause de la chaleur (30°).

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

Une réflexion au sujet de « Des pâtisseries françaises à Munich »

  1. Meringuette

    Ah j’adoooore les flans! C’est vrai que certaines spécialités françaises me manquent parfois mais comme je n’y pense pas, ça va.
    C’est juste quand je passe à la boulangerie et qu’il n’y a ni flan, ni pain au choco, ni croissant, ni super tartelette au citron ou aux framboises…
    Mais pas souvent! 😀
    Peut-être qu’une brioche dorée ouvrira bientôt ici… Je mène mon enquête!

Les commentaires sont fermés.