Archives mensuelles : octobre 2009

Chez la bouchère : salut ma dinde !

Je vais parfois à Vinzenzmur acheter de la viande, et là où je vais, il y a une bouchère fort sympathique (notamment compréhensive quand on parle mal allemand et qu’on ne connait pas le nom des viandes).

Comme j’ai vu que l’article de mon blog le plus populaire est celui sur la drague en Allemagne (Hé oui, une recherche de « draguer allemagne » sur Google m’affiche en premier), il faut que j’assume et que je vous en dise plus.

Voici donc ce que je süss-ure à ma bouchère (discours véridique devant témoins oculaires et auditifs) :
Moi : « Hallo, Pute bitte! »
Hallo c’est bonjour, Pute, je vous laisse deviner, bitte tout le monde connait.
Elle : « Welche sosse: süss oder sauer? »
Moi : Süss !

je dois dire que ça m’a fait tout drole de dire ça comme ça… mais elle n’a pas réagi…

J’aurais pu rajouter aussi : « Ich mag Sie, sie sind immer salopp »
Ich mag Sie = je vous aime bien, sie sind immer = vous êtes toujours, salopp je vous laisse deviner.

Et j’ai eu ce que je voulais : un sandwich à la dinde avec une sauce douce et un sourire.

Avec ça, si vous n’arrivez pas à draguer !

Les traductions pour les nuls :
Pute, qui se prononce pouteu, c’est de la dinde
süss, c’est doux (comme une sauce douce) par opposition à sauer qui est aigre.
salopp ça veut dire décontracté. Et c’est vrai que ma bouchère est toujours décontractée.

The tiramisukrapfen is back

Vers février-mars de cette année, j’avais croisé plein de camions Rischart (pâtisserie/boulangerie) avec un gros énorme très appétissant Tiramisukrapfen dessiné dessus. J’avais alors couru illico presto dans les 3 Rischart que je connais à Munich, mais il était trop tard : les Krapfen ne sont vendus traditionnellement qu’en hiver, mais les camions n’avaient pas été repeints.

Ce week-end, par hasard, comme je cherchais un dessert à Rischart, je me suis dit que je prendrai un Tiramisukrapfen, tout en sachant qu’ils n’apparaissent qu’en décembre. Mais, oh miracle ! Ils en avaient ! Jugez plutôt :


Et bien, c’est aussi bon que ça en à l’air, mais là je saute des étapes pour les non-germanisés, donc commençons par le début.

Un Krapfen, c’est quoi ? C’est un peu comme un beignet, mais c’est pas un beignet. Par rapport à un beignet, je dirais que la pâte est moins sucrée et moins grasse (?). Par contre l’intérieur c’est du même genre : confiture de fruit ou crème pâtissière.

On trouve typiquement toute l’année des Marillekrapfen à l’abricot (du moins à Vienne, pas sûr à Munich), des Vanillekrapfen à la vanille ou même des Krapfen à rien du tout (juste du sucre). C’est le standard (comme un croissant en France). Par contre, quand on approche de décembre, on trouve tout un tas de variations. Par exemple, le TIRAMISUKRAPFEN!!!

Et il est parfait : pas trop dur mais un peu croquant quand même, avec une crème à l’intérieur où on sent bien le goût du café, du chocolat et de l’amaretto (parfaitement dosé).

Au secours, j’en veux un autre !

Blütenbrot

L’autre jour, le 16 octobre plus précisément, c’était le World bread day. C’est une journée où on est censé cuisiner soi-même son pain ou en acheter un et en parler. Or donc mais justement ce même jour je passais par la boulangerie Rischart, et il me fallait un pain.

Évidemment, je bloggue 5 jours en retard, mais je ne vais pas m’excuser. Je vois beaucoup de blog avec des « excusez-moi de n’avoir pas bloggué depuis 2 semaines ». Il ne faut pas s’excuser ! Car ce serait admettre qu’on est atteint de bloguitite aïgue, et il n’y a aucun traitement doux actuellement (seulement le traitement dur d’arrêter tout contact avec le net). Comme je suis déjà atteint de wikitite et que j’ai déjà eu, mais survécu à, la mmorpgitite, je fais attention à ma santé…

Pour en revenir au pain d’il y a 5 jours, nous avons donc pris un « trucaufondauhasardquiavaitl’airpasmal » (puisque les allemands peuvent agglomérer les mots, il n’y a pas de raison que je n’en fasse autant), c’est à dire dans ce cas précis un Blütenkruste.


Blütenkruste, c’est Blüten + Kruste (fastoche !).
– Kruste, c’est facile, c’est la croute du pain.
– Blüten c’est plus difficile car il n’y a pas de traduction exacte en français. Chers français qui pensent toujours que c’est la langue la plus incroyable et complète du monde pour s’exprimer, je leur dis « zut ! », l’allemand est bien plus complet (et complexe) et nuancé (l’anglais aussi d’ailleurs…). Ce qui fait que j’ai maintenant du mal à exprimer certaines nuances en français, car elles n’existent tout simplement pas.

Blüten, donc, c’est comme Blumen, mais ce n’est pas pareil. En français, les deux mots se disent « fleur ». En allemand, Blumen désigne la fleur avec la tige, par exemple la tulipe, la pâquerette, etc. dont on peut faire des bouquets. Blüten, c’est la fleur plus petite qui pousse par exemple sur les arbres fruitiers, et avec laquelle il n’est pas possible de faire un bouquet. En revanche, il est possible d’en faire un pain.

J’ai donc acheté un pain aux fleurs ! On voit les fleurs sur la croute du pain, qui est toute colorée. À l’intérieur du pain, il y a des noix de toutes sortes (pistache, noisette et d’autres non identifiées). Et c’est très boooooooooooon !!!!!

Où est passée l’automne ?

Il y a une semaine, c’était encore l’été. Je sortais dehors en chemisette car il faisait au moins 20 degrés.

Seulement voilà, depuis une semaine, on perd 3 degrés tous les jours, et la dernière fois que j’ai vérifié, 3*7 = 21.

Donc, très logiquement, ce matin :


Oui : DE LA NEIGE SUR MON BALCON !!! (et ça a continué à neiger encore un peu pendant la journée, c’est pas juste une couche de verglas).

La photo n’est pas bonne, mais on peut voir le merle, moins bête que les autres, qui attend que je remette de la nourriture dans l’abri à oiseaux.

On est mi-octobre, et il fait déjà 0 degrés.

D’un côté, ça fait peur pour l’hiver à venir, d’un autre côté, je n’aime pas trop quand le temps est entre 0 et 10 degrés, avec la pluie humide qui rentre dans les os. En dessous de 0, il y a la neige, c’est joli, et c’est plus sec.

Quelques expressions allemandes pour l’occasion :
– un « temps de chien » / un « temps de cochon » = das Hundewetter / das Sauwetter.
C’est à peu près pareil, sauf qu’en allemand c’est un temps de truie.

– un « froid de canard » ne se dit pas entekalt, mais knisterknackigkalt (=un froid croquant craquetant, ou quelque chose du genre) ou Eiseskälte (=un froid comme la glace)

– par contre un « froid de chien » se dit aussi Hundekälte mais on peut dire saukalt (froid de truie). Comme j’avais dit, ils ont beaucoup d’expressions avec le cochon en allemand.