Archives mensuelles : mars 2010

Je viens dans la cuisine

Aujourd’hui un cours d’allemand et un jeu de mot allemand !

L’allemand, beaucoup en ont peur à cause des déclinaisons. Moi aussi au début, mais en fait ce n’est pas le plus difficile (ce qui est difficile, ce sont les verbes, il y en a trop). C’est en général logique et régulier. Et puis il n’y a « que » 4 cas.

Mais il y a quelques subtilités.

Par exemple, « in » (dans) peut être suivi d’un accusatif ou d’un datif. Un accusatif indique un mouvement avec changement de lieu. Par exemple, à l’accusatif on dira :
– Ich gehe in die Küche (je vais dans la cuisine)

Un datif indique, bah pas grand chose en particulier, ou plutôt tout le reste de ce qui n’est pas un accusatif, même si il y a mouvement. Par exemple :
– Ich bin in der Küche (je suis dans la cuisine)
Remarquez que même si ce n’est pas un accusatif (le cas du mouvement), on n’est pas obligé de rester immobile : on a le droit de faire quelques mouvements dans la cuisine quand même…

Par contre avec le verbe kommen, on peut employer l’accusatif
– Ich komme in die Küche
que l’on traduira par « je viens dans la cuisine »
mais on peut aussi employer le datif
– Ich komme in der Küche

que l’on pourra traduire aussi par, euh…, « je viens dans la cuisine ».

Ça marche aussi dans la forêt: ich komme in den Wald et ich komme im Wald, c’est pas la même chose.

Hmm j’hésite à expliquer la différence subtile…

Celui qui a compris lève le doigt.

Pour ceux qui n’ont pas compris, si vous voulez dire cette phrase bidon, je recommande la première solution avec l’accusatif, sinon les allemands vont se moquer de vous. Moi en tous cas, je fais très attention maintenant !

Edward Ruscha à Munich

Aujourd’hui, je suis allé voir une exposition des oeuvres de l’américain Edward Ruscha dans la « Haus der Kunst » de Munich.

Si vous êtes bêtes comme moi (hier), vous direz « mais c’est qui Edward Ruscha » ?
Réponse : c’est l’un des inventeurs du Pop art.

Si vous êtes bêtes comme moi (hier), vous oserez demander « mais c’est quoi le pop art » ?
Réponse : ben va à l’exposition et tu sauras (car comme ça avec des mots, je peux pas décrire, puisque c’est des images, et je ne peux pas copier les images sur le blog, puisqu’elles sont soumises au droit d’auteur)

Sinon, il y a Google Images.

En résumé pour les nuls, Edward Ruscha est celui qui a créé le logo de « 20th century fox » qu’on voit au début de presque tous les films. Alors hein qu’il est connu !

Sinon, il a fait tout un tas de peintures avec du texte écrit. Typiquement, il écrit ce qu’il utilise pour écrire. Donc s’il écrit « oily », c’est qu’il a peint avec de l’huile. S’il écrit « it’s only vanishing cream », c’est parce qu’il a peint avec de la crème de beauté. Apparemment le jus de mûres fonctionne également.

D’une manière générale, ses oeuvres sont assez simples visuellement (tout est dans l’abstraction), donc je recommande vraiment la visite guidée, ça dure juste une heure, et ça explique comment interpréter ses oeuvres. Après on peut retourner à l’exposition pour voir le reste des oeuvres.

Ça fait 5 mois…

Il y a 5 mois jour pour jour, le 14 octobre 2009, je m’étonnais des premières neiges.

Ce matin, 14 mars 2010, il neige encore.

C’est-à-dire que ça fait 5 mois que mes plantes de balcon trainent dans mon séjour, et que je dois mettre des chaussures d’astronaute pour sortir.

C’est pas que j’en ai marre, mais un peu quand même. De mémoire, l’hiver dernier était plus froid, mais plus court et plus ensoleillé. Si monsieur météo m’écoute, je souhaiterais commander le même pour l’année prochaine.

Saturn : haïs-toi toi-même !

Il y a ici un magasin qui vend de l’électroménager et du multimédia qui s’appelle Saturn. Ils ont une campagne de pub plutôt aggressive, donc leur slogan dont ils sont très fier est « Saturn : wir hassen teuer » (Saturn : nous haïssons ce qui est cher).

Or donc, je suis allé aujourd’hui à Saturn pour la n-ième fois et suis ressorti, comme souvent, les mains vides.

Par exemple : le truc que je cherchais, et qui est en Aktion (promotion spéciale) est à 239€ à Saturn, et à 207€ à Amazon. Un autre truc, 200 à Saturn, 190 à Amazon.

De même quand j’ai acheté tous les cadeaux de noël, j’ai relevé les prix d’Amazon avant d’aller faire un tour chez Saturn : tous les DVDs étaient au moins 1 euro plus cher chez Saturn. Le pire étant un coffret à 30€ Amazon, vendu à 60 chez Saturn.

Un autre exemple d’un autre domaine : j’ai payé ma machine à café 400€ chez Amazon, alors qu’ils la vendent 700€ à Saturn.

Dans ce cas, est-ce que je peux faire un procès pour publicité mensongère ? Ou alors leur demander de changer leur slogan en « Saturn, wir lieben teuer« , au moins pour être honnête.

D’une manière plus générale, avec l’ère de l’Internet (qui nous sauvera tous), est-ce qu’on ne peut pas simplement se débarrasser de toutes ces boutiques avec des vrais gens, porteurs de germes (aujourd’hui par exemple, il y avait un mec qui pu à Saturn), et les remplacer par des boulangeries Rischart et/ou des boulangeries françaises, i.e. des trucs utiles qu’on ne peut pas (encore) commander sur Internet ?

Votez pour moi !