Archives mensuelles : mai 2010

Savez vous sourire comme un cheval de pain d’épice au miel ?

J’ai encore appris une nouvelle expression allemande formidable :
grinsen wie ein Honigkuchenpferd,
c’est-à-dire, mot à mot, sourire comme un cheval de pain d’épice (au miel?).

Un cheval de pain d’épice c’est ça :

(Creatives Commons, Wikipedia)

Il n’a pas l’air particulièrement heureux, mais on peut quand même essayer de sourire comme lui.

Pour expliquer l’expression, j’ai trouvé un contexte pris par hasard : dans Bild, le super journal people d’Allemagne, il y a un article sur Suri Cruise , la fille de Tom Cruise et Katie Holmes. Et bien, elle a été prise en photo par des papparazzis qui n’ont rien de mieux à faire, en train de payer elle-même dans une boulangerie, avec, croyez-moi donc, un billet de 5 dollars ! Si ça c’est pas une nouvelle que je suis content d’avoir lue… Et alors, si on observe bien cette petite fille à ce moment précis où elle tend le billet pour payer, on pourra voir un sourire de cheval de pain d’épice.

L’expression est traduite dans la plupart des langues par « sourire jusqu’aux oreilles », ou, d’une oreille à l’autre. L’anglais propose aussi l’alternative « grin like a Cheshire cat », sourire comme un chat de Cheshire, celui d’Alice au pays des merveilles.


J’ai du mal à voir en quoi c’est la même chose que le cheval ci-dessus…

Une marque qui ne s’exporte pas

Quand on dépose le nom d’une marque, c’est toujours une bonne idée de vérifier si ce mot a une signification dans d’autres langues. Par exemple si on veut plus tard faire de l’exportation vers l’international.

Or j’ai vu l’autre jour par hasard la marque du PQ que j’ai sur mon lieu de travail, et celui-là on n’est pas près de le voir débarquer en France. Une image vaut mieux qu’un long blabla :

Dans le même genre, ils ont créé il y a peu un centre commercial / gare de bus, proche du centre ville. Encore une fois, ils n’ont pas consulté leur dictionnaire français : ils l’ont appelé Zentraler Omnibus Bahnhof. Comme c’est trop long à écrire, ils ont préféré l’abréviation sur les panneaux : Zob.

Évidemment, à chaque fois que je passe devant je pense à la chanson…