Archives mensuelles : février 2011

Alors quoi môssieur (von und zu) Guttenberg!

Karl-Theodor zu Guttenberg est ministre de la défense en Allemagne. Il fait parti des chrétiens démocrates et a le soutien de Merkel.

Je n’aime pas trop le type, simplement à cause de son nom de noble et de ses cheveux gominés, mais à part cela je n’ai pas grand chose contre lui. Je ne connais pas trop ses idées car j’ai encore du mal à m’intéresser à la politique allemande (beaucoup plus sérieuse qu’en France, et en plus ils parlent allemand).

Karl, comme beaucoup de politiciens allemands, et comme moi, a fait une thèse de doctorat. Lui, c’est une thèse de droit, un énorme pavé de presque 500 pages, pour laquelle il a reçu les honneurs « summa cum laude ».

Je ne sais pas trop qui a découvert l’affaire, mais on vient de remarquer qu’une partie de sa thèse était copiée d’un article de journal, avec juste quelques mots changés. Et plus les jours passent, plus on trouve d’autres textes qu’il aurait copié. Pas très malin : même l’introduction aurait été copiée. Comme aujourd’hui tout va très vite, il y a déjà un site web wiki ( http://de.guttenplag.wikia.com ) où l’on peut contribuer à trouver les plagiats.

Ce scandale retombe un peu sur tout le monde. D’abord, on se doute que Guttenberg a fait écrire sa thèse par un nègre. Mais il n’était pas très malin, car il a mal recopié. L’astuce c’est de copier en traduisant à partir d’une autre langue, c’est plus difficile à retrouver (non, non, ne regardez pas dans ma thèse… vous ne trouverez rien :p ). Ensuite, ça retombe sur l’université et plus particulièrement le directeur de thèse qui lui a donné les honneurs. Ils sont censés vérifier ce genre de chose.

Et puis maintenant Merkel, je ne sais pas pourquoi, soutient Guttenberg qui nie tout en bloc. D’ailleurs j’ai vu la déclaration qu’il a faite hier à la télé, en fermant les yeux la moitié du temps, preuve qu’il ne ment pas.

Passer le permis en Allemagne (1) : s’inscrire

Alors je vais expliquer comment ça se passe le permis de conduire en Allemagne, et en quoi c’est différent de la France.

Et je commence par le commencement : s’inscrire.

En France, si ça n’a pas changé, ça se passe comme ça: on va à l’autoécole avec des photos, une pièce d’identité et de l’argent, et hop là on est inscrit et il n’y a rien à raconter de plus.

En Allemagne, je me suis donc pointé à l’autoécole avec ma bonne volonté, ma pièce d’identité et de l’argent, et il m’ont donné une feuille de papier.
La feuille de papier explique que pour s’inscrire, il faut des photos et une pièce d’identité (jusque là, tout à fait normal), mais aussi un certificat prouvant qu’on a le brevet de secourisme, et un test de vue.

La méthode à rallonge, pour celui qui a du temps à perdre, consiste à aller chez le photographe pour les photos, chez titi-tintin pour le brevet de secourisme, et chez un opticien pour le test de vue.

Heureusement qu’ils ont tout prévu : quand on fait la formation de secourisme, il y a une option (5€ de plus) pour avoir en plus les photos et le test de vue.

La formation de secourisme, c’est une demi-journée, avec un jeune volontaire qui parle mal allemand (comme un jeune étudiant quoi) et que j’ai bien galéré pour entraver qu’est ce que c’est quoi qu’il me cause le mec, mais j’ai quand même réussi à répondre à une question (je sais plus laquelle) et à faire les épreuves pratiques qui sont obligatoires (facile : regarder les autres et faire pareil). Je suis donc maintenant capable de :
– enlever les casques de motos des gens, même s’ils ne sont pas d’accord.
– sauver quelqu’un qui est assis sur une table et qui n’arrive pas à descendre (mais on fait comme si en fait il est inconscient dans une voiture)
– faire que quelqu’un appelle un taxi, même quand il est allongé par terre et inconscient, mais c’est une feinte, car après on le roule sur le côté et on attend l’ambulance
– coller un nez et un menton en silicone sur une poupée en plastique, lui souffler dans le nez (c’est plus facile que la bouche) et lui écraser les côtes jusqu’à ce que rien ne se passe car la poupée n’est pas motorisée alors elle n’est pas prête de se ranimer.

Donc vous ne craignez plus rien.

Ensuite, on reçoit un joli certificat, les photos etc. et on ne retourne pas à l’autoécole, car ça serait trop simple.

On va au Kfz-zulassenstellung ou Kfz-zulassungstellen avec tous les documents, on fait la queue pour apprendre qu’on a gagné le droit de refaire la queue au troisième étage (mais nous on a triché, on a pris un tiquet, on est allé se promener et on est revenu 1h plus tard et il fallait encore attendre 30 minutes). Un môssieur vérifie les documents, il demande dans quelle langue on veut passer la théorie et il donne une facture, mais on peut pas payer le môssieur directement, ça serait trop simple. On descend faire la queue autre part (moins longtemps), on paie, et on revient voir le môssieur, cette fois sans faire la queue, mais en toquant à la porte car on est poli, et le môssieur on lui donne le reçu qu’on a bien payé et il dit « merci ».

Ensuite on rentre chez soi, sans rien.

Car il faut attendre que le Kfz-truc envoie une confirmation à l’autoécole comme quoi on est bien inscrit. Ça prend 6 semaines, parce que c’est comme ça.

Puis un jour, on reçoit un courrier de l’autoécole : ça y est, on est inscrit !

Cliquez ici pour lire la suite.

Führerschein

Est-ce qu’il y a encore quelqu’un que je n’ai pas embêté avec la nouvelle que je viens d’avoir finalement (à 28 ans) mon permis de conduire en Allemagne (c’est-à-dire tout en allemand) et en plein centre de Munich (c’est-à-dire avec plein de voitures et d’intersections et un peu de neige) ?

Et en plus, j’ai eu la théorie et la pratique du premier coup !

Plus tard si vous êtes sages, je vous expliquerai la différence entre le permis en France et en Allemagne.

Le meilleur döner à Munich

Le döner kebab est une spécialité turque.

En tout cas, c’est ce que je croyais, alors je suis allé à Istanbul pour aller chercher le meilleur döner du monde. Déjà, à Istanbul, j’ai trouvé beaucoup moins de vendeurs de döner qu’à Munich, et celui que j’ai essayé, qui était pourtant plein de clients, a été le pire döner que j’ai jamais mangé. Même les boutiques louches dans les rues bizarres de Munich n’en font pas des aussi mauvais (je pense notamment à la boutique juste en face de la gare centrale, qui est assez louche).

Reprenons donc,
le döner est une spécialité allemande vendue traditionnellement par des Turcs.

J’ai déjà expliqué le vocabulaire de base à connaitre pour commander un döner. Je rajoute donc qu’après mes 3 années d’expériences de munichois, il me semble que le meilleur döner est celui vendu par la chaine Oliva. Il y en a un dans le zob d’Hackerbrücke, et aussi un à l’aéroport de Munich. D’ailleurs, ils le disent eux-même : « Oliva, Munich’s best döner ».

Ils ont plein d’ingrédients frais (notamment leur salade et tomate, d’ailleurs meilleures que les tomates que je trouve au supermarché), et pleins de clients, ce qui fait une viande pas trop sèche. Il y a une sauce à base de yaourt dedans, bien dosée (chez d’autres où ils font ça moins bien, il y a trop de sauce et on s’en met partout).

Un döner d’Oliva à l’envers.
Le crétin qui a pris la photo avec son téléphone
n’a pas envie de perdre 30 secondes pour retourner l’image.

En comparaison, mon dégueu-döner d’Istanbul avait de la viande toute sèche, dans un pain tout sec, très peu de légumes, et pas de sauce du tout. Sec-sec-sec. Heureusement que j’avais commandé un Ayran avec. Le Ayran est une sorte de Yaourt salé. Les premières fois, j’avais trouvé ça dégueux, mais en fait on devient vite accro (car en fait c’est pas dégueux, mais c’est très surprenant quand on ne sait pas à quoi s’attendre).

Si quelqu’un a d’autres adresses, je suis preneurs.

Pour les joueurs, il y a aussi, à la gare centrale, un magasin vendant des Asia-döner et des barbecue-döner. Je n’ai jamais osé essayer… Si quelqu’un a le courage, ça serait formidable 🙂 Sinon, j’irai un jour avec mon n’appareil photo et mon courage à deux mains.