Passer le permis en Allemagne (1) : s’inscrire

Alors je vais expliquer comment ça se passe le permis de conduire en Allemagne, et en quoi c’est différent de la France.

Et je commence par le commencement : s’inscrire.

En France, si ça n’a pas changé, ça se passe comme ça: on va à l’autoécole avec des photos, une pièce d’identité et de l’argent, et hop là on est inscrit et il n’y a rien à raconter de plus.

En Allemagne, je me suis donc pointé à l’autoécole avec ma bonne volonté, ma pièce d’identité et de l’argent, et il m’ont donné une feuille de papier.
La feuille de papier explique que pour s’inscrire, il faut des photos et une pièce d’identité (jusque là, tout à fait normal), mais aussi un certificat prouvant qu’on a le brevet de secourisme, et un test de vue.

La méthode à rallonge, pour celui qui a du temps à perdre, consiste à aller chez le photographe pour les photos, chez titi-tintin pour le brevet de secourisme, et chez un opticien pour le test de vue.

Heureusement qu’ils ont tout prévu : quand on fait la formation de secourisme, il y a une option (5€ de plus) pour avoir en plus les photos et le test de vue.

La formation de secourisme, c’est une demi-journée, avec un jeune volontaire qui parle mal allemand (comme un jeune étudiant quoi) et que j’ai bien galéré pour entraver qu’est ce que c’est quoi qu’il me cause le mec, mais j’ai quand même réussi à répondre à une question (je sais plus laquelle) et à faire les épreuves pratiques qui sont obligatoires (facile : regarder les autres et faire pareil). Je suis donc maintenant capable de :
– enlever les casques de motos des gens, même s’ils ne sont pas d’accord.
– sauver quelqu’un qui est assis sur une table et qui n’arrive pas à descendre (mais on fait comme si en fait il est inconscient dans une voiture)
– faire que quelqu’un appelle un taxi, même quand il est allongé par terre et inconscient, mais c’est une feinte, car après on le roule sur le côté et on attend l’ambulance
– coller un nez et un menton en silicone sur une poupée en plastique, lui souffler dans le nez (c’est plus facile que la bouche) et lui écraser les côtes jusqu’à ce que rien ne se passe car la poupée n’est pas motorisée alors elle n’est pas prête de se ranimer.

Donc vous ne craignez plus rien.

Ensuite, on reçoit un joli certificat, les photos etc. et on ne retourne pas à l’autoécole, car ça serait trop simple.

On va au Kfz-zulassenstellung ou Kfz-zulassungstellen avec tous les documents, on fait la queue pour apprendre qu’on a gagné le droit de refaire la queue au troisième étage (mais nous on a triché, on a pris un tiquet, on est allé se promener et on est revenu 1h plus tard et il fallait encore attendre 30 minutes). Un môssieur vérifie les documents, il demande dans quelle langue on veut passer la théorie et il donne une facture, mais on peut pas payer le môssieur directement, ça serait trop simple. On descend faire la queue autre part (moins longtemps), on paie, et on revient voir le môssieur, cette fois sans faire la queue, mais en toquant à la porte car on est poli, et le môssieur on lui donne le reçu qu’on a bien payé et il dit « merci ».

Ensuite on rentre chez soi, sans rien.

Car il faut attendre que le Kfz-truc envoie une confirmation à l’autoécole comme quoi on est bien inscrit. Ça prend 6 semaines, parce que c’est comme ça.

Puis un jour, on reçoit un courrier de l’autoécole : ça y est, on est inscrit !

Cliquez ici pour lire la suite.

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

4 réflexions au sujet de « Passer le permis en Allemagne (1) : s’inscrire »

  1. JvH

    Oui, mais en attendant d’être inscrit on a le droit de suivre les cours pratiques et le code, on ne peut juste pas passer d’examen (en tous cas à Berlin, et de toutes manières, je suis loin d’être prête à passer quoi que ce soit comme examen). Et à Berlin la demande se fait un Bürgeramt, et on peut payer directement (43€).

  2. Kipcool

    Alors ça dépend de l’auto-école. Moi je n’avais le droit qu’à la théorie en attendant. Pour la pratique, ils voulaient avoir confirmation de l’inscription.

  3. rooibos

    La Zulassungstelle, ca me rappelle un peu lorsqu’on a fait immatriculer notre voiture francaise en Allemagne. On avait bien visite les locaux aussi, avec l’atelier a la cave pour recuperer les nouvelles plaques et les nombreuses etapes payantes entre temps. Faut etre motive pour passer son permis avec tout ca …

Les commentaires sont fermés.