Archives mensuelles : janvier 2012

Ich me bedanke mich moi

Puisqu’on me cite mes posts que je n’ai pas encore écrits, je suis bien obligé de l’écrire pour que l’ordre du monde soit rétabli…

Un jour que j’étais jeune immigré, j’ai dû acheter un aspirapoussière ( Staubsauger , de Staub – poussière, et saugen – aspirer). C’est pas trop grave en soit, mais finalement ça m’a traumatisé, car je m’en souviens encore.

Le vendeur me flatte les mérites de tel ou tel aspirateur, et ça m’est égal, car je connais déjà le Testsieger (celui qui est trop le mieux) et c’est celui là que je veux (car chez moi, tout est soit Testsieger, soit bio… ou du moins c’est comme ça qu’on me caricature).

Vu mon allemand de l’époque, j’ai sûrement pointé du doigt et dit un truc du genre
ich möchte das bitte !

C’est une formule magique qui marche partout.
* À la boulangerie, quand on ne sait pas trop les noms des choses, on pointe et on dit “ich möchte das bitte” (je veux ça svp). Si le-la boulanger-ère ne prend pas le bon truc, après on peut diriger avec “links”, “rechts”, “vorne”, “hinten”. Je ne suis pas mort de faim, donc ça marche [essayez le pour vos Krapfen, c’est la saison].
* Ça marche aussi au restaurant, si par exemple on veut commander un Geschnetzeltes, mais qu’on ne sait pas le prononcer, on pointe du doigt et “ich möchte…” et hop on a le bon truc (à défaut d’avoir un truc bon).

Et donc je m’égare.
Et le vendeur d’aspirateurs, il me répond avec un sourire de vendeur :
Ich bedanke mich!
Dans mon petit cerveau de français, je traduis motamo, ça donne :
– Je me remercie !

Quand j’ai entendu qu’il se remerciait lui-même, j’ai pensé qu’il était fier de m’avoir arnaqué. Comme si il m’a vendu soit un aspirateur nul invendable, soit un bon aspirateur, mais trois fois trop cher. En tous cas, il avait l’air très fier de lui-même (avec son sourire de vendeur…)

Car en fait je m’attendais plutôt à ce qu’il dise
– Je vous remercie !
ce qu’on peut dire en allemand d’ailleurs, et qui fait aussi parti du vocabulaire vendeuristique :
Ich danke Ihnen!

Pourquoi danken et bedanken se construisent différemment ? j’en sais rien. D’ailleurs je n’ai pas encore compris la nuance de sens, mais il y en a sûrement une. D’une manière générale, j’ai du mal avec les verbes en “be-”, alors le mieux est de les éviter. Par exemple, quelqu’un est-il capable de m’expliquer la difference entre schiessen (tirer avec une arme) et beschiessen (tirer avec une arme) ou entre siegen (vaincre) et besiegen (vaincre) ?? Ma seule théorie est que les verbes en “be-” mettent plus l’accent sur l’objet de l’action (sur quoi je tire, ou qui que j’ai vaincu) plutôt que sur l’action elle-même (“hého, je tire n’importe où, on s’en fiche, mais je tire !! “ ou alors “victoire, j’ai vaincu !! mais je ne vous dirai pas quoi”)

En tous cas, j’ai beau me convaincre que “ich bedanke mich” c’est pas de l’arnaque est que c’est très poli, ça ne marche pas.

Je sais que tous les vendeurs de Bavière lisent mon blog, alors je vais donc leur donner la formule magique qu’il aurait fallu me dire pour ne pas me traumatiser :
ich bedanke mich bei Ihnen !
dont je n’arrive pas à trouver une traduction motamo potable en français (je me remercie chez vous ??), mais au moins, moi (enfin plutôt Ihnen), le client, est dans la même phrase que bedanken alors tout va bien.

Alors, E5 ou E10 ?

En Allemagne, pour une voiture consommant du Benzin (euh… de l’essence), on a toujours le choix de tanken (euh faire le plein) avec du S95-E5 ou S95-E10. Le chiffre 5 ou 10 indique le pourcentage de bioéthanol qui est mélangé à l’essence. Le S95-E10, qui est le seul disponible en France, mais qui n’a été introduit en Allemagne qu’en 2011, a donc l’air plus bio, et est promu par le gouvernement. Si j’ai bien compris, le E5 va disparaitre après 2013.

Et donc, à la pompe se pose toujours le problème : le E10 est proposé à 3 centimes moins cher par le gentil gouvernement, mais c’est bien connu que le E10 a moins d’énergie au litre que le E5, et donc la consommation augmente. Je ne parle pas des problèmes de corrosion et des vieux moteurs qui ne supportent pas le E10 – de toute façon je rends ma voiture au garage après 3 ans donc c’est pas mon problème – je considère juste le choix du point de vue économique.

J’ai voulu faire les calculs savants moi-même pour vous épater, mais ADAC l’a fait déjà à ma place (source) !

Les résultats sont que la différence de consommation et d’environ 1,5% à 2%. Ça veut dire que pour un prix au litre d’environ 1,5€ (comme c’est le cas actuellement), si le E10 est 3 cents moins cher que le E5 (comme c’est le cas actuellement), alors ça revient au même prix du kilomètre. Si les prix augmentent, mais que la différence reste 3 cents, alors le E5 devient plus économique.

ADAC a obtenu ces résultats à la fois théoriquement et en pratique. On trouve pourtant d’autres résultats dans tous les sens. Bild, un magazine qui aime bien choquer, et donc pas toujours fiable, a mesuré une augmentation de la consommation de 5% avec une Golf (source). Dans ce cas, le E5 est plus économique. Une autre comparaison de Stern.tv montre que la consommation est la même (source)…

Mettez-vous d’accord !!

En attendant, je vais faire confiance aux calculs d’ADAC, i.e. au niveau du prix, les deux reviennent au même, mais avec un plein de E5, on va plus loin (et on peut espérer qu’en boycottant le E10, il vont réduire son prix… on peut toujours rêver).

Fini l’alcool dans le S-Bahn

L’actualité avec un mois de retard…
À Munich, dans le S-Bahn (l’équivalent du RER), on avait l’habitude de voir des jeunes, ou des pauvres personnes financièrement défavorisées, se promener avec une bière à la main. Contrairement à la France où on s’attend à ce qu’une personne qui consomme de l’alcool dans le train soit bruyante et dangereuse, ceux que j’ai observé ici étaient plutôt calmes. D’ailleurs, il y a beaucoup moins de violence que dans le RER parisien. Mais bon, il y a eu quelques rares cas de violence quand même, et souvent, les personnes violentes étaient sous l’emprise de l’alcool. Ils ont décidé d’interdire l’alcool dans le train (mais on peut se bourrer avant). Bon, soit. Je n’ai pas vraiment d’opinion sur le sujet, il me semble juste que la cause n’est pas bien identifiée. Un idiot reste idiot, même sans alcool.

Donc, plus d’alcool dans le train.


Un allemand normal pourrait penser alors : “Ah, mais ils ont interdit l’alcool mais pas la bière, alors on peut encore boire de la bière !”. En effet, en allemand, l’alcool et la bière semblent différents. Par exemple, les alcools sont tous masculins (der Wein, der Sekt, der Champagner, der Wodka), mais la bière, elle est neutre (das Bier). De plus, dans les supermarchés, il est écrit : “pas le droit d’acheter de l’alcool en dessous de 18 ans” mais “pas le droit d’acheter de la bière en dessous de 16 ans”. Cette distinction est d’ailleurs bizarre quand on sait que certaines bières fortes (Maximator, Salvator et d’autres noms très poétiques) ont jusqu’à 12% d’alcool. Bon mais dans ce cas, la bière est bien également concernée.

Comme c’est un évènement extrêmement réjouissant pour tout le monde, ils ont décidé de fêter ça en buvant plein d’alcool (bière, vin, champagne et surement d’autres) dans le train, le dernier soir où c’était encore légal. C’était le 11 décembre. Ouais, un dimanche bien sûr… N’importe quel couillon aurait pu prévoir que changer une loi comme ça un dimanche, quand tout le monde a le temps de faire l’imbécile la fête, c’est une erreur… sauf que là on ne parle pas de n’importe quel couillon, on parle de la Deutsche Bahn (pas aussi bête que la sncf, mais pas loin).

Et donc comme prévu, plein d’imbéciles de fêtards bourrés dans le train ont fait plein de dégats. Par exemple, pour l’ambiance festive, les lumières du train c’est nul. Mais comment fait-on, quand on est bourré, pour éteindre une lumière qui n’a pas d’interrupteur ? (attention, c’est difficile, car il faut d’abord penser à vider une bouteille pour ensuite s’en servir comme outil).

Et donc comme prévu, le lundi matin, très peu de S-Bahn circulaient, car beaucoup étaient en réparation. Voilà l’espèce la plus évoluée de la planète…