La chasse au Grundstück

Préliminaire : Grundstück, c’est Grund + Stück : un morceau de terre (autrement dit, un terrain pour y mettre une maison).

Une des choses qui m’occupent ces derniers temps, et qui fait que j’ai plein de choses à raconter sur le blog, mais pas de temps pour les raconter (d’autre fois c’est l’inverse, plein de temps pour raconter rien), c’est que je cherche un Grundstück à Munich pour y faire construire une maison.

Pour vous gâcher la fin : je n’ai pas eu le terrain car je suis parti en vacances (12 jours, prévu depuis longtemps, mais on n’avait pas prévu de trouver un terrain à ce moment inopportun).

Actuellement, les prix sont d’environ 1000€ le mètre carré. J’avais trouvé un beau terrain de 717m2 à Gräfelfing pour 690.000 euros (donc une bonne affaire). Même pour ce prix là, les annonces sont en général publiées le vendredi soir, les interessés répondent le week-end, l’annonce est retirée le lundi ou le mardi, et les visites se font déjà la semaine suivante. Ça va donc très vite.

On a donc dit assez vite au Makler (agent immobilier), Mr. Graef, qui habite Graefelfing (c’est drole, ahah), qu’on était interessé. (Je donne le nom du Makler pour lui faire de la mauvaise pub. J’irai le noter sur les sites allemands quand j’aurais finalement trouvé un terrain, au cas où je retombe sur lui avant). Je note au passage que la commission du Makler est de 3,5%. Il travaille donc ici pour 24.000 euros. Pour ce prix là, il devrait fournir un service irréprochable et honnête, du moins dans le monde de bisounours.

Comme c’est la norme, et pour le principe, même si le prix initial était ok, on demande de baisser de 5% (donc 660.000 euros) en même temps, on lui annonce qu’on va partir en vacances pour 2 semaines et qu’on aimerait bien réserver le terrain avant de partir (et le payer après).
En Allemagne, il y a ce système de réservation bizarre, qui n’est pas une promesse de vente, où l’acheteur potentiel et le Makler signent un papier, et l’acheteur potentiel paye une somme (ici ça aurait du être 2000€) qui lui est remboursée s’il achète finalement le terrain, et qui est perdu sinon. En contepartie, le Makler s’engage soi-disant à ne pas vendre le bien à un autre pendant une période de 4 semaines. Sauf que cet engagement n’en est pas un, il peut très bien vendre à un plus offrant, et il lui suffit alors de rembourser les 2000€, sans aucune pénalité pour lui. La réservation est donc une arnaque envers l’acheteur.

Pour le prix, lui nous répond par téléphone que pour 670.000€ c’est ok, puis par e-mail, le prix devient 675.000…

Pour une raison bizarre (l’acheteur est vieux et veut vendre vite ??), malgré la réservation, il nous a dit des choses comme
– Jedoch sollte der Kaufvertrag noch vor Ihrem Urlaub unterzeichnet werden.
— Il faudrait quand même signer la promesse de vente avant vos vacances.
Et il nous fixe déjà un rendez-vous chez le notaire 5 jours plus tard, la veille du départ en vacances.

On lui dit que la réservation devrait nous permettre de ne pas être pressé avec l’achat, et il nous répond cette magnifique phrase avec un beau conditionnel :
– eigentlich hätten Sie natürlich eine Frist von 4 Wochen, aber unser Auftraggeber verkauft an den Interessenten, der kurzfristig zum Notar geht und den Kaufvertrag unterschreibt.
— En principe, vous auriez évidemment un délai de 4 mois – avant l’achat – mais notre client veut vendre à l’intéressé qui ira au notaire le plus vite pour signer.

Nous comme on est très fort, et finalement intéressé par ce terrain, on lui dit ok pour le notaire dans 5 jours, on va voir la banque, et on a presque le crédit. En même temps, on envoie la réservation par fax (que le Makler n’a pas renvoyé), et on lui dit de nous envoyer les documents officiels (contrat de vente, et cadastre) dont on a besoin pour avoir une promesse de crédit de la part de la banque.

Et finalement, de manière tout à fait inattendue, alors qu’on croyait que c’était décidé, le Makler nous annonce qu’en fait il y a deux autres intéressés et que le vendeur va se décider le lendemain sur lequel aura finalement le terrain. On a appris ensuite par voie détournée (car le Makler ne donnait plus de signe de vie) que le vendeur n’a pas non plus décidé le lendemain, car il a peur que l’acheteur n’ai pas assez d’argent pour payer (même s’il n’y a aucun risque pour le vendeur, c’est à ça que sert un notaire), et préférerait le vendre à quelqu’un qui n’a pas besoin d’emprunt pour le payer (ceux qui ont tellement d’argent disponible achètent quelque chose d’encore plus cher, et font donc un emprunt de toute façon). Ça aurait du être le rôle du Makler de rassurer l’acheteur et de lui expliquer comment ça marche.

Finalement le Makler annonce 1 semaine plus tard qu’ils ont vendu à quelqu’un d’autre, sans donner plus de détails.

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook

2 réflexions au sujet de « La chasse au Grundstück »

  1. Meringuette

    Bon le blog a effacé mon dernier commentaire (enfin il ne l’a pas accepté). Je refais une tentative pour dire: BON COURAGE!!! :-S

  2. JvH

    Wow, c’est compliqué tout ça! Bon courage, hein! Et la prochaine fois, pas de vacances, c’est plus sûr! 😉

Les commentaires sont fermés.