Boom !!

C’était le 29 aout à Munich, dans le quartier de Schwabing, en plein centre ville donc :




Lors de travaux de rénovation d’un immeuble, une bombe de la seconde guerre mondiale a été retrouvé sous le sol. Ça ce n’est pas vraiment une grande nouvelle. Ça arrive plusieurs fois chaque mois. Après guerre, ils ont reconstruit très vite, sans vérifier ce qu’il y a dans le sol, et maintenant lorsqu’ils rénovent de vieux bâtiments, ils vérifient systématiquement, notamment en passant un détecteur de métaux.

La bombe trouvée était encore intact. D’habitude, ces bombes sont simplement désamorcées par les professionnels, mais celle-ci est une bombe différente des autres, où ils ont dit que la tentative de désamorçage provoquerait très certainement l’explosion. Contrairement aux bombes de d’habitude, celle-ci était faite pour détonner non pas lorsqu’elle touche le sol, mais quelques jours plus tard. L’idée est que lors de raids aériens, les gens évacuent la ville et attendent que ça se passe. Ils reviennent ensuite 1-2 jours plus tard pour dégager les débris, trouver les survivants, etc. et c’est là que cette bombe spéciale intervient.

Comme ils ont vu qu’ils ne pouvaient pas désamorcer la bombe, ils ont décidé de la faire sauter dans une explosion contrôlée (aucun blessé, et seulement un bâtiment brûlé, et des vitres éclatées, on peut dire que c’est bien). D’habitude, ils ne font pas d’explosion la nuit, mais le lendemain était un jour de pluie. Or, dans l’explosion contrôlée, ils mettent de la paille autour de la bombe pour amortir le choc de la détonation, et la paille mouillée serait trop dense et ferait comme des boulets de canons (la paille sèche, certes prend feu, mais les pompiers étaient sur place). En rajoutant quelques sacs de sables judicieusement placés, ils ont guidé l’explosion pour avoir un champignon (atomique !!) vers le haut, au lieu d’une explosion crado dans tous les sens.

Une des grandes questions qui se pose maintenant est “qui paye les dégats ?”. La réponse immédiate “ben l’assurance bien sûr”, n’est pas si évidente, car la bombe est due à un acte de guerre, et les guerres ne sont en général pas couvertes par les assurances. Les deux autres alternatives sont : (1) celui qui a décidé de faire sauter la bombe, car il aurait pu aussi décider de la laisser là et il n’y aurait pas eu de dégat ou (2) celui à qui appartient la bombe, c’est-à-dire les Américains (je sais pas pourquoi, mais j’ai pas l’impression qu’ils vont avoir envie de payer). Et donc finalement c’est l’état qui va payer (i.e. tout le monde à travers les impots).

D’après les estimations statistiques, on connaîtrait à peu près le nombres de bombes non-explosées, et on en aurait trouvé environ ⅓… Les bombes se trouvent principalement proches des voies ferrées. Moi aussi.

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook