Élections 2013 – la gauche vraiment à gauche

Die Linke, littéralement « la gauche », est apparemment la gauche vraiment à gauche, contrairement au « SPD » les fameux « socio-démocrates », qui, comme la gauche française, n’est ni socialiste, ni démocratique (un référendum sur la Lybie ?), mais est seulement une version « soft » de la droite.

Enfin en tout cas c’est comme ça que je le comprends. Et donc j’aime bien Die Linke, pas forcément leurs idées, mais le fait qu’on a ce à quoi on s’attend, et que les messages sur les pancartes sont claires. Pas de photos pour perturber le message. Texte noir sur fond blanc.

Par exemple :

Au lieu du Hartz IV (une sorte de RMI) : un smic (enfin je crois, pas sûr d’avoir bien compris « Mindestsicherung », mais il y a d’autres pancartes qui vont dans ce sens).

Une pancarte mystère, car je comprends « amigofrei » comme « sans ami », puisque « raucherfrei » c’est sans fumeur.

Et donc pour me coucher moins bête ce soir, j’ai regardé que Amigo – qui vient bien de l’espagnol – fait référence généralement aux magouilles politiques où la politique et l’économie se mélangent. Et ça c’est pas bien, ne faites pas ça chez vous.

Et aussi :

« Au lieu de collectionner les bouteilles, 1050€ de smic ».
Ça fait référence au fait que beaucoup de pauvres ici font les poubelles pour y trouver des bouteilles consignées – laissées par des touristes – qu’ils rapportent au magasin pour environ 25c la bouteille. Ils se promènent avec des gros sacs pleins de bouteilles vides. La première fois ça surprend. Après on comprend.

Et encore :

En terminer avec le système de santé à deux vitesses.
Ici pas de « la sécu » ou autre caisse publique. Tout le monde doit être assuré (je crois ?), mais on est assuré soit complètement par une caisse publique, soit complètement par une caisse privée (pas de complémentaire).
J’ai la chance d’être dans le système privé, ça veut dire que je peux avoir généralement un rendez-vous pour la journée ou le lendemain. Ça veut dire aussi que j’ai accès à tous les médecins, une grande proportion des médecins ne consultent que pour les patients privés. Les autres, ben tant pis, ils ont leur rendez-vous plus tard car les médecins reçoivent moins d’argent en les traitant.
Même si je suis du bon côté de la barrière, je serai d’accord pour un changement. Les médecins privés ont actuellement plein de temps libre qu’ils pourraient utiliser pour soigner les pauvres du public.

Mais surtout :

  Partager c’est du Spaß ( = bonheur). Millionaires, réjouissez vous ! Voilà l’impôt pour les millionaires ! (donc l’impôt sur la fortune, qui n’existe pas actuellement en Allemagne)
Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook