La chasse aux Krapfen sauvages

Comme tous les ans, entre Noël et Fasching (qui n’est pas le jour où on se fâche, mais apparemment qui veut dire Carnaval), c’est le seul moment où l’on peut avoir des Krapfen, partout. D’ailleurs plus on se rapproche de la date, et moins c’est cher. Vendredi, c’était 1 Krapfen pour 1 euro. Samedi c’était 2 Krapfen pour 1 euro, et aujourd’hui, lundi, le Krapfen était gratuit (dans la limite de 1 chacun, mais ça suffit amplement).

Les Krapfen traditionnels sont juste des beignets aux pommes, à l’abricot à la place de la pomme, et n’ont rien d’exceptionnel. Moi, je suis à la recherche de Krapfen exceptionnels : ceux de Rischart qui sont des oeuvres d’art.

Un Krapfen normal (©GFDL de Wikimedia Commons)

Un Krapfen normal (©GFDL de Wikimedia Commons)

Un Krapfen chez Rischart

Un Krapfen de chez Rischart (flou non-artistique fait par moi-même)

Mes bonnes résolutions du nouvel an, chaque année, sont d’essayer un nouveau Krapfen de chez Rischart. Mais cette année c’est une catastrophe.

Dans ma longue vie munichoise, j’ai déjà essayé :

  • le Schwarzwalderkrapfen (dont j’ai déjà parlé), comme le gateau forêt noire, à la cerise et au chocolat
  • le Tiramisukrapfen (dont j’ai aussi déjà parlé), comme un tiramisu, au mascarpone avec un peu de chocolat, du café, et j’imagine aussi de l’amaretto
  • le Schoko-Bananen-Krapfen (eh oui j’en ai parlé), à la crème chocolat-banane
  • le Eierlikörkrapfen, à la liqueur d’oeuf, mais que j’ai moins aimé, donc je n’en ai pas parlé
  • le Bienenstichkrapfen, (à la piqure d’abeille) à la crème et au miel avec des amandes, qui est très bon même si je n’en ai apparemment pas encore parlé.

Et je n’ai pas essayé en fait un seul qui est le Himburgerkrapfen, à la confiture de framboise (Himbeeren), parce qu’il ne m’intéresse pas.

Mais comme je disais, cette année, c’est une catastrophe catastrophique, car à chaque fois que je passe chez Rischart, ils ont soit rien que du classique (et ce jour là j’ai fait 3 Rischart à la suite…), soit uniquement le Schoko-Bananen-Krapfen que j’ai déjà eu deux fois cette année (normalement je n’ai le droit qu’à une fois chaque sorte chaque année, pour m’obliger à en découvrir de nouveaux).

Et, encore pire, le fameux Fasching c’est demain ! (traditionnellement à Munich, on nous donne l’après-midi libre), et après ça, plus de Krapfen !! Il faut donc que je me motive demain matin pour courir à Rischart chercher mes derniers Krapfen, avant qu’ils n’aient plus rien.

 

Bref, tout ça pour dire que quand même, j’ai de vrais problèmes existentiels. Non parce que sinon je construis une maison, et ça c’est beaucoup moins drôle. Ça fait certes beaucoup d’histoires à raconter, mais comme vous le voyez lisez, je n’en parle jamais, car j’attends d’avoir un peu plus de recul pour pouvoir en rire. Donc en attendant, je me détend avec les Krapfen, surtout que moi j’ai beaucoup de mal à gagner des kilos. D’ailleurs il faudra que j’essaye si je peux avoir une ordonnance pour acheter des pâtisseries 🙂

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook