Faire des Spätzle, mode faignant

Les Spätzle, ça se mange et c’est bon.

« Spätzle » c’est un mot rigolo. Parce que c’est un mot du dialecte souabe, et le dialecte souabe est rigolo (contrairement au dialecte bavarois qui est moche. En bavarois on dirait « Spatzl » – je crois – et on voit bien que c’est moche et ça n’a rien à voir avec Spätzle qui est rigolo)

Spätzle ça veut dire petit moineau, c’est mignon, car soi-disant que dans l’assiette ça ressemble à un nid de moineaux. À mon avis ça ressemble plutôt aux cheveux de la Meduse, mais moi ils me demandent jamais mon avis avant de donner des noms.

Voyez plutôt, ça ressemble à ça :

Je sais, l’aspect esthétique… mais c’est bon. ©Wikipedia

C’est un mélange de farine, d’oeufs, et puis voilà. Un peu comme des pâtes italiennes, mais plus gros, qui rappellerait un peu les gnocchi, mais moins gros et sans pomme de terre. Bref, c’est des Spätzle et c’est une spécialité culinaire d’ici alors y en a pas ailleurs. Ceux qui sont venus chez moi d’ailleurs en ont eu même s’ils ne se souviennent pas. Ça se mange généralement en Käsespätzle, avec des oignons, du fromage rapé, et hop au four, ou alors en accompagnement d’une viande rouge avec beaucoup de sauce, car les Spätzle boivent la sauce et deviennent meilleurs.

Il y a plusieurs manières de faire les Spätzle.

Les deux extrêmes, c’est de les faire soi-même, ou de les acheter tout fait.

Les faire soi-même, qu’on va appeler la méthode reloue, ça n’a pas l’air trop compliqué en soi, le problème c’est qu’il faut le bon outillage. Soit on a une petite presse manuelle, comme pour râper du fromage, et là ça dure une éternité, soit on a une grosse presse de ouf, qui ressemble à une presse à viande hachée, mais on n’a pas forcément ça chez soi, et puis ça colle de partout, et puis après il faut nettoyer l’outillage.

Presse à Spätzle de ouf, ©Wikipedia

Sinon pour les grosses faignasses, ça s’achète en paquet emballé dans du pasbon plastique.

Dans l’eau bouillante et c’est prêt, mais moins bon que les Spätzle frais.

Heureusement il y a des solutions intermédiaires,

D’abord il existe un super outil pour faire des Spätzle sans avoir la grosse presse ou la petite presse, et en plus le nom de l’outil est génial, c’est le Spätzle-Shaker. Et ça ressemble aux bouteilles en plastique pour boire à vélo :

Il suffit de remplir dedans avec l’eau les oeufs et la farine selon le trait, puis on secoue pour mélanger (avant d’ouvrir les trous en haut…) que c’est pratique car sinon c’est un mélange assez collant, puis on ouvre les trous en haut, puis on presse pour que ça tombe dans l’eau bouillante. Et puis c’est prêt.

Comme je n’ai même pas ça, mais que quand même d’abord, ils ont inventé un tout nouveau truc nouveau pour avoir quand même des bons Spätzle, c’est Frizle qu’on a trouvé à Rewe. C’est au frais dans un emballage en carton, qui contient déjà le mélange, et il n’y a qu’à libérer les trous et presser au dessus de la casserole comme sur l’emballage.

Et ben comme ça c’était super bon comme des frais, et super rapide comme des pas frais 🙂 En plus les oeufs sont bios dedans, et moi j’aime le bio. Et en plus de plus y a rien à laver.

(On va dire que l’emballage est recyclable).

((Et puis on va dire que je me suis pas posé la question)).

Email this to someoneShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Facebook